Après sa régression dans le classement Doing Business 2017, le Gabon enchaîne avec trois places de moins en 2018.

Le Gabon régresse au 167e rang mondial du classement Doing Business 2018. © D.R.

 

Le Gabon régresse à nouveau dans le rapport «Doing Business 2018», publié le 31 octobre 2017 par la Banque mondiale et intitulé «Réformer pour créer des emplois». Totalisant un score de 46,19% dans la mise en place des réformes des affaires, le pays se classe au 167e rang mondial et 35e en Afrique. Soit une régression de trois places par rapport à 2017.

Selon les données compilées par la Banque mondiale, le pays réalise un repli dans la quasi-totalité des segments du classement, à l’exception de ceux relatifs à la création d’entreprise et la réforme sur l’obtention de permis de construction où le Gabon effectue des bonds qualitatifs, passant respectivement de 74,09 points à 80.48 et d’un score de 50,76 à 58,33.

Le segment qui plombe véritablement le pays est celui relatif à l’exécution des contrats. «178e dans le domaine de l’exécution des contrats, il faudra pour un entrepreneur au moins 9 millions 240.653 francs CFA, 1.160 jours, contre 656,8 jours en Afrique subsaharienne et 577.8 au sein de l’OCDE. Même difficulté dans le processus de raccordement à l’électricité nécessitant un délai de 148 jours pour l’accomplissement de 7 procédures. C’est dans ce domaine que le pays plonge le plus», note le rapport.

S’agissant du commerce frontalier, le Gabon accuse des délais très longs pour des coûts exorbitants. En effet, pour les exportateurs par exemple, il faut passer 96 heures pour des formalités aux frontières et 60 heures pour remplir la documentation y relative. Ce qui coûte aux opérateurs économiques entre 200 et 1 633 dollars.

De manière générale, le rapport 2018 de Doing Business souligne la performance de 10 économies du monde qui se sont améliorées entre 2016/2017 dans 10 domaines de la réglementation des affaires. Il s’agit du Brunei Darussalam, la Thaïlande, le Malawi, le Kosovo, l’Inde, l’Ouzbékistan, la Zambie, le Nigéria, le Djibouti et le Salvador. «Ensemble, ces 10 meilleurs pays réformateurs ont mis en œuvre un total de 53 réformes facilitant la pratique des affaires», indique le rapport.

Doing Business est une publication phare du groupe de la Banque mondiale. Il est la 15ème d’une série de rapports annuels mesurant les régulations favorables et défavorables à l’activité commerciale. Doing Business présente des indicateurs quantitatifs sur la réglementation des affaires ainsi que sur la protection des droits de propriété de 190 économies, à savoir : la «création d’entreprise», l’«octroi de permis de construire», le «raccordement à l’électricité», le «transfert de propriété», l’«obtention de prêts», la «protection des investisseurs», le «paiement des impôts», le «commerce transfrontalier», l’«exécution des contrats» et le «règlement de l’insolvabilité».