Le gouvernement béninois a décidé, le 15 juin dernier, de réaménager sa carte diplomatique en procédant à la suppression de neuf missions diplomatiques et à la mutation de trois ambassades en consulats généraux, notamment à Libreville.

Le bâtiment de l’ambassade du Bénin au Gabon. © Gabonreview

Le bâtiment de l’ambassade du Bénin au Gabon. © Gabonreview

 

La diplomatie béninoise réduit sa voilure. Sur les 39 missions diplomatiques et consulaires existantes, neuf, majoritairement en Afrique, vont être fermées alors que trois ambassades seront transformées en consulats généraux. Il s’agit des représentations à Abidjan en Côte d’Ivoire, Libreville au Gabon et Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC). Concrètement l’ambassade du Bénin au Gabon devient donc un consulat général.

A travers cette réforme de sa carte diplomatique et consulaire, le Bénin entend mettre en œuvre une diplomatie économique et culturelle, renforcer la coopération internationale, promouvoir l’intégration régionale et restaurer sa crédibilité auprès de ses partenaires. «Cette politique de réaménagement de la carte diplomatique et consulaire du pays vise non seulement à réduire le train de vie de l’État, mais également du fait que ces ambassades ne rapportent presque rien comme plus-value à notre pays», a expliqué le secrétaire général de la présidence béninoise.

Le gouvernement béninois a également décidé de rappeler tous les chefs de missions diplomatiques et consulaires admis à faire valoir leurs droits à la retraite et qui sont en poste depuis plus de quatre ans. De même, il va rappeler toux ceux qui ont dépassé le temps normal de présence à leurs postes. «La réduction de l’effectif du personnel en poste, la suppression des postes d’attaché de défense et d’adjoints aux attachés de défense, à l’exception des postes qui gèrent les opérations de maintien de la paix sont autant de mesures prises par l’exécutif béninois pour réduire les dépenses de l’État dans les missions diplomatiques», a précisé Pascal Koupaki.