Réunis le 3 juin 2017 à Libreville, à l’occasion du Conseil exécutif de leur formation politique, les membres du Parti national gabonais (PNG) attendent désormais la mise en place d’un cadre propice à l’application des conclusions issues des assises d’Angondjé.

Le Conseil exécutif du PNG réuni le 3 juin 2017, à Libreville, autour du président et du Vice-président, Christamond Nzamba-Mupigat et Clovis Beranger Magnet. © Gabonreview

 

Le Parti national gabonais(PNG) a tenu la réunion de son Conseil exécutif le 3 juin à Libreville. L’objectif de cette réunion était de faire le bilan des travaux du Dialogue politique d’Angondjé, auxquels le président de cette formation politique se réclamant de l’opposition, Christamond Nzamba-Mupigat, avait pris part.

Au terme de cette réunion, un communiqué final a été lu par le premier Vice-président, Porte-parole de ce parti, Clovis Beranger Magnet.

Le Conseil exécutif du PNG réuni le 3 juin 2017, à Libreville. © Gabonreview

Si le Conseil exécutif du PNG se félicite de l’organisation de cette rencontre initiée par le président Ali Bongo, du 28 mars au 26 mai 2017, en citant certains points pris comme acquis, il recommande cependant aux autorités gabonaises «d’amorcer un dialogue permanent et constructif, avec les partenaires sociaux de tous secteurs d’activités aux fins d’obtenir une trêve sociale efficace». Le Porte-parole du PNG a également souligné la nécessité de «la mise en place dans les prochains jours, d’un gouvernement de large ouverture qui intègre toutes les sensibilités».

Pour que tout cela se fasse de manière efficiente, les responsables du PNG ont invité à la mise en place d’un comité de suivi des Actes du Dialogue politique. Il devrait être composé de manière paritaire.

Pour le président du PNG, «le Dialogue peut être capitalisé au profit du Gabon et des Gabonais». Par contre, l’ennemi commun contre lequel tous les camps devraient combattre c’est «le chômage, la précarité, la contre-performance de notre économie, l’affaiblissement de la cohésion et de notre unité nationale». «Nous avons tous et chacun la mission de préserver la paix sans laquelle la vie deviendrait un cauchemar voire inexistante dans notre pays», a déclaré Nzamba-Mupigat.

Espérant avoir été entendu, le PNG souhaite que la majorité et l’opposition mettent de côté leurs égos, afin de traduire en actes les conclusions de ce Dialogue. L’application de celles-ci, selon le PNG, devrait permettre l’amélioration des conditions de vie des Gabonais et favoriser le développement du pays, via une sortie de crise apaisée.