Quatre mois après sa participation au Dialogue politique initié par Ali Bongo, le promoteur de «Le Gabon nouveau», a sollicité dans une adresse au peuple gabonais le 23 octobre, sur la page Facebook de son futur parti, l’indulgence de ceux des compatriotes qui ont cru en lui, mais n’ont pas réussi à comprendre sa démarche très vite assimilée à une «capitulation et une collusion avec le régime en place».

Je travaillerai à m’améliorer car c’est aussi cela accepter le dialogue citoyen. © LGN

 

Mike Jocktane vivrait-il mal son positionnement politique actuel qui l’aurait éloigné de l’opposition pour le rapprocher du pouvoir ? Si l’ancien vice-président de l’Union nationale affirme que sa démarche est guidée par des valeurs qui le caractérisent, entre autres, «l’honnêteté et la sincérité», il est persuadé que cette démarche est incomprise. Mike Jocktane a justifié une nouvelle fois, via Facebook, les raisons de sa participation au Dialogue politique initié par Ali Bongo Ondimba.

«Devant toute situation, l’homme politique averti ne doit jamais foncer la tête baissée. Savoir dire non lorsque les circonstances l’exigent, et pouvoir calmer quand des intérêts supérieurs sont en jeu est une forme de pragmatisme politique et de maturité, a-t-il affirmé, pour justifier un pragmatisme refusé par son parti.

«J’ai opté pour donner une chance au dialogue parce que je ne veux pas que le pays s’embrase pour notre malheur à tous. Faire de la politique pour moi consiste à conduire les hommes vers le meilleur et non pas à construire des tombes», a expliqué Mike Jocktane, sans pour autant dire si les résultats de ce dialogue ont mis un terme à la «construction des tombes» de libertés.

Si l’ancien compagnon d’André Mba Obame s’est sans doute rendu à l’évidence : ses éclaircissements ne parviendront certainement pas à convaincre certains Gabonais qui croyaient en lui. Il assume tout de même son choix et sa posture.

«Le fin politicien, c’est celui dont la démarche est peut-être incomprise au départ même par ses partisans, mais qui est acclamé au final parce que de grandes victoires ont été engrangées. Je crois au Gabon nouveau et je n’y renoncerais jamais. Mes yeux sont fixés sur son avènement», a-t-il rassuré. Mike Jocktane dit prendre en compte toutes les critiques faites par les Gabonais, parfois exprimées de façon «insultante voire calomnieuse». «Je sais que qui aime bien châtie bien. Nul n’est parfait et moi non plus, aussi en restant près de vous et par l’écoute je travaillerai à m’améliorer car c’est aussi cela accepter le dialogue citoyen, prémices même de la démocratie», assure-t-il en guise de conclusion.