Les assises appelées par Ali Bongo, en vue de trouver des solutions à la crise sociopolitique née de sa réélection, auront lieu le 28 mars prochain à Libreville.

Les membres du comité ad hoc pour le dialogue politique, en compagnie d’Ali Bongo, le 8 mars 2017 à Libreville. © DCP-Gabon

 

Annoncé depuis septembre 2016 par Ali Bongo à la suite de sa réélection contestée, le dialogue politique national aura finalement lieu le mardi 28 mars prochain à Libreville. La décision a été prise, vendredi 10 mars, en conseil des ministres. Celle-ci intervient plus d’une semaine après la fin des travaux préparatifs du comité ad hoc composé des représentants de l’opposition et ceux de la majorité, et la remise du rapport général desdits travaux au président de la République.

Ces assises, a réaffirmé le conseil des ministres, sont organisées «en vue d’emmener les fils et filles de notre pays qui le désirent, y compris la société civile, à apporter leur contribution à la recherche de solutions pérennes pour raffermir notre jeune démocratie». Le dialogue politique national «se déclinera en quatre phases» : la  cérémonie solennelle d’ouverture, l’intervention de la société civile (qui apportera ses contributions selon les modalités définies par le Bureau des assises), les discussions entre partis politiques et la cérémonie solennelle de clôture. Lors de la clôture des travaux du comité ad hoc, le Premier ministre avait indiqué que ces concertations pourraient durer 21 jours voire plus, en fonctions du nombre de questions à aborder et d’éventuels blocages dans les débats. Le gouvernement prévoit d’ailleurs une médiation nationale ou internationale.

Au cours de ces assises quatre thématiques seront abordées : les réformes des institutions et la consolidation de l’Etat de droit, les réformes électorales, la modernisation de la vie publique, et la consolidation de la paix et de la cohésion sociale.