La Direction générale de l’industrie et de la compétitivité (DGIC) a effectué le 20 octobre, une mission de sensibilisation au sein de la Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok. Il s’agissait de présenter aux opérateurs de cet espace économique, les avantages de la Loi n°022/2016 relative aux activités industrielles.

Les officiels pendant la présentation avec, à l’extrême droite, Georges Mba Ndong. © D.R.

 

Une mission de la Direction générale de l’industrie et de la compétitivité (DGIC) a effectué un déplacement au sein de la Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok, le 20 octobre. La mission a notamment présenté aux  opérateurs de cet espace les avantages de la Loi n°022/2016 relative aux activités industrielles.

Moments de la mission de la DGIC à Zerp de Nkok. © D.R.

Une initiative recommandée par le ministre de la Promotion des investissements, conformément aux directives du Plan de relance économique (PRE). En effet, Madeleine Berre a très souvent reproché aux services sous sa tutelle, de faire beaucoup plus de la répression que de la pédagogie à l’endroit des opérateurs économiques. «Depuis 1989, le Gabon dispose d’un cadre réglementaire régissant les activités industrielles. Ce texte se devait d’être arrimé aux nouvelles donnes de l’économie nationale impulsée par le PRE», a déclaré le directeur général de l’industrie et de la compétitivité.

«Ces éléments sont contenus dans la nouvelle loi. Il était donc nécessaire que nous allions vers les opérateurs pour leur donner les grands axes de ce texte», a ajouté Georges Mba Ndong. Concrètement, la Loi n°022/2016 porte sur la gestion des risques industriels, l’obligation de transfert de technologies et de compétences, l’obligation de renforcement des capacités au bénéfice des agents de l’administration en charge de l’industrie et l’obligation de transformer localement les ressources.

Le nouveau texte accorde également une place de choix aux mesures incitatives en faveur des entreprises industrielles, notamment les conditions d’exercice des activités industrielles en République gabonaise, le recours à la sous-traitance locale et à la formation des nationaux.

«L’application de ce texte permettra, entre autres, de mieux accompagner les opérateurs industriels et sécuriser leurs activités, via une meilleure lisibilité sur leurs droits et devoirs», a affirmé Georges Mba Ndong. Selon lui, il y aura des retombées positives pour les populations. «La Loi n°022/2016 permettra de protéger les populations locales des conséquences liées aux activités industrielles et d’impliquer les entreprises industrielles à une plus grande Responsabilité sociétale des entreprises (RSE)», a-t-il assuré.