Après plus d’un an de travaux, le rapport d’alignement du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) aux agendas 2030 des Nations unies sur le développement durable et 2063 de l’Union africaine a été validé, mercredi 20 décembre, à la faveur d’un atelier organisé à Libreville.

Régis Immongault, Emmanuel Issoze Ngondet et Stephen Jackson à la cérémonie d’ouverture de l’atelier, le 20 décembre 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Moments de la cérémonie d’ouverture de l’atelier. © Gabonreview

Le processus aura duré plus d’un an. Celui-ci est arrivé à son terme, ce mercredi 20 décembre, à la faveur d’un atelier national axé sur la validation du rapport d’alignement du PSGE aux agendas 2030 des Nations unies et 2063 de l’Union africaine. Pour Régis Immongault, il s’agit d’«un mécanisme national de pilotage, de suivi et d’évaluation (de la mise en œuvre des deux agendas)». Le nouveau rapport tiendra également compte des objectifs visés par le Plan de relance économique (PRE), initié par le gouvernement en vue de faire face à la conjoncture économique actuelle et ceux du Programme pour l’égalité des chances, qui vise à combattre les inégalités sociales au Gabon.

Seulement, «il ne s’agit pas pour autant d’écarter ou d’ignorer les autres objectifs ou cibles qui n’ont pas été traités comme prioritaires lors des assises précédentes. Ces derniers seront pris en compte au fur et à mesure que le contexte économique sera favorable», a tenu à préciser Régis Immongault.

Le ministre de l’Economie se réjouit déjà de ce que «les résultats obtenus à ce stade indiquent l’alignement effectif du PSGE aux ODD dans ses dimensions sociales, économique et environnementales», et que ce Plan «s’inscrit dans la logique transformationnelle de l’Agenda 2063 de l’Union africaine».

Pour le Premier ministre il s’agit, en réalité, de «deux agendas jumeaux qui présentent une convergence programmatique tant sur les objectifs que sur les cibles et les indicateurs». Leur adoption par le Gabon en juillet 2016, selon Emmanuel Issoze Ngondet, «a constitué un grand succès diplomatique et politique tant au niveau des Nations unies qu’au niveau de l’Union africaine». Au moment où l’alignement s’établit avec le PSGE, le chef du gouvernement a rappelé que «ces deux agendas, avec l’Accord de Paris sur le climat, vont déterminer l’orientation mondiale des efforts visant à mettre un terme à la pauvreté, à promouvoir la prospérité et le bien-être pour tous, à protéger l’environnement et à lutter contre le changement climatique».

Dans le cadre de la mise en application du rapport d’alignement du PSGE aux ODD et à l’Agenda 2063 de l’UA, les participants à l’atelier de Libreville ont proposé que les axes stratégique du PSGE, tout en prenant en compte les exigences conjoncturelles, soient regroupés autour de 4 composantes : l’amélioration de la gouvernance économique ; la croissance économique et la diversification de ses ressources ; la réduction de la pauvreté et des inégalités sociales ; la gestion durable des ressources pour les génération futures et le climat.

S’il a dit la disposition de son organisme à accompagner le Gabon dans la mise en œuvre de l’alignement du PSGE aux ODD et à l’Agenda 2063, Stephen Jackson, représentant résident du Pnud, n’a pas manqué de porter quelques conseils au gouvernement. Il a notamment invité les autorités gabonaises à mettre en place «un cadre de responsabilité mutuelle pour accompagner les efforts du gouvernement» et à assurer un suivi et des revues «pour s’assurer de l’accomplissement des efforts fournis et des moyens d’en mesurer les résultats pour les renforcer».