Au cours d’une très récente rencontre avec les acteurs culturels, artistes et écrivains, le président de la République a promis de mettre en œuvre ou d’accélérer des mesures censées dynamiser leur activité.

Ali Bongo avec quelques artistes Gabonais, le 27 mai 2016 à Libreville. © DCP-Gabon

Ali Bongo avec quelques artistes Gabonais, le 27 mai 2016 à Libreville. © DCP-Gabon

 

Comme laissée pour compte depuis plusieurs années, la culture bénéficie toujours d’une faible attention. Pourtant, ses principaux acteurs n’ont cessé de déplorer une situation bien connue des pouvoirs publics. Le 27 mai dernier, le président de la République a rencontré les acteurs culturels, artistes et écrivains, leur promettant davantage de soutien.

© DCP-Gabon

© DCP-Gabon

Pour Ali Bongo, il s’agit d’«assurer à l’artiste les conditions de son épanouissement basé sur son travail, son mérite, et partant la reconnaissance du public et de la nation». Alors que les droits d’auteur, institués depuis 1987, ne sont toujours pas effectifs, en dépit de la création en janvier 2013 du Bureau gabonais des droits d’auteur et droits voisins (Bugada), le président de la République n’a pas manqué de faire de nouvelles promesses.

Reconnaissant le non-aboutissement des réformes dans le domaine de la culture et des arts, tout au long du mandat finissant, il a promis accélérer l’adoption de celles encore dans le circuit. Il s’agit notamment de la loi portant statut de l’artiste ainsi que du nouveau code de la communication, qui institue les quotas de diffusion et le paiement des droits d’auteur à travers une redevance audiovisuelle. Au-delà, Ali Bongo a promis apporter un soutien personnel au fonctionnement du Bugada. Selon lui, cette «contribution» devrait être effective dans les tout prochains jours.

Annonçant la création prochaine de l’Ordre national des arts et lettres, le président de la République, que d’aucuns disent en campagne électorale, a envisagé de remédier à l’absence d’espaces d’expression culturelle à Libreville. «Non seulement, nous allons réhabiliter la salle de spectacle du ministère de la Culture, mais également, nous allons mettre à votre disposition, dans le cadre d’un partenariat public-privé, la salle de cinéma Le Komo. Toutes choses qui permettront de soutenir la création et l’expression artistique dans notre pays», a-t-il lancé à ses hôtes.

Parmi les autres promesses faites par Ali Bongo : le retour de la grande nuit de la musique, avec le soutien de l’Etat, l’organisation en août prochain d’une semaine culturelle gabonaise, et l’introduction de davantage d’ouvrages d’auteurs gabonais dans les manuels scolaires. Reste donc à passer de la parole aux actes.