Le premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet a indiqué, le 5 juillet, que la réduction du train de vie de l’Etat a permis de réduire de 26 % les dépenses courantes en biens et services, entre 2014 et 2017.

La réduction du train de vie de l’Etat a permis de réduire de 26% des dépenses courantes en biens et services entre 2014 et 2017. © gaboneconomie.net

 

Dans le dessein d’apporter des éclaircissements aux diplomates du G20 et représentants des bailleurs de fonds en poste au Gabon, le Premier ministre a fait une communication dans laquelle, il a abordé, point par point, ces mesures. Une initiative visant à mieux les expliquer.

Le chef du gouvernement est revenu sur la réduction du train de vie de l’Etat. Celle-ci passe par certaines actions, notamment la mise en place d’une centrale d’achat des biens courant de l’administration, la rationalisation des dépenses relatives aux baux administratifs et un plan de maitrise en eau, énergie et téléphone.

Selon le Premier ministre, «la mise en œuvre de ces mesures a déjà permis la réduction de 26 % des dépenses courantes en biens et services». «Elles sont passées de 244 milliards de francs CFA à 179 milliards entre 2014 et 2017», a-t-il déclaré, assurant que cela «est significatif, mais c’est peu par rapport à l’ambition et à l’objectif du gouvernement».

Toutefois, d’autres mesures seront prises, «mais il faut d’abord auditer la dépense, la rendre plus efficace», a relevé Emmanuel Issoze Ngondet, en invitant les ambassadeurs à relayer ce message dans le but de convaincre les entreprises de ces pays, qui fondent leurs activités sur la commande publique.