Auteur de trois remarquables matchs en cette Coupe d’Afrique des Nations (Can) de football que son pays, le Gabon, organise, Denis Bouanga est apparu comme la véritable révélation de la sélection gabonaise.

Denis Bouanga homme du match Gabon-Cameroun du 22 janvier 2017. ©Denis.BouangaFCLorient

 

Alors qu’on attendait une confirmation de tout le bien dont on disait du capitaine des Panthères, Pierre Emerick Aubameyang, c’est plutôt un jeune novice de la sélection gabonaise qui s’est illustré. Lui, c’est Denis Bouanga, sociétaire de Tours FC en ligue 2 française. Pour sa première sélection en équipe nationale, malgré l’élimination des Panthères, ce jeune homme de 22 ans aura imprimé sa marque sur les matchs livrés par le Gabon, mais plus encore dans les cœurs des supporteurs du Onze national.

Pour son premier match face aux Djurtus de la Guinée Bissau, Denis Bouanga n’a pas raté son entrée dans la haute compétition. Technique, vif, athlétique et puissant balle aux pieds, ce jeune n’a véritablement taper dans l’œil des supporteurs que lors du match contre le Burkina Faso.

Dans cette rencontre contre les Burkinabé, il a couronné son jeu de trois frappes dont une sur la transversale et une autre sauvée de justesse par le gardien. Il aurait pu marquer son premier but en sélection. Mais cela n’entache en rien ce début époustouflant avec l’équipe nationale gabonaise. En trois rencontres, ses premières avec les Panthères du Gabon, Denis Bouanga a décroché deux titres de l’«Homme du match». Il est l’auteur d’une multitude de fautes et coups de pied arrêtés provoqués. Sur l’aire de jeu, les Gabonais s’accordent sur le fait qu’il a véritablement fait «un don de soi» en démontrant «une détermination affirmée lors de chaque sortie».

«C’est comme s’il avait toujours été un joueur de cette équipe et plus ancien que certains supposés cadres», note une internaute sur les réseaux sociaux, avant de relever que «le Gabon est éliminé au premier tour de la Can 2017, mais Denis Bouanga, de loin la meilleure Panthère du tournoi, a marqué les esprits».

Denis Bouanga, né en France de père Gabonais et de mère française, avait le choix entre la France et le Gabon. Mais il a choisi la sélection gabonaise, connaissant les contingences qui accablent les équipes africaines. Aujourd’hui, il affirme «prendre beaucoup de plaisir». Pour beaucoup de supporteurs, il fait partie de l’avenir du football gabonais, si l’encadrement fait le nécessaire et ne demeure pas dans les improvisations qui entachent régulièrement l’évolution de l’équipe nationale.