Dans le but de défendre la Constitution et exiger la démission de la présidente de la Cour constitutionnelle, la Coalition pour la nouvelle République (CNR) a appelé au rassemblement de la population gabonaise au carrefour Rio, le 23 novembre à Libreville.

La CNR convoque un grand sit-in à Rio. © Gabonreview

 

Après près d’une semaine de déclarations, analyses et dénonciations de la décision n°219/CC de la Cour constitutionnelle, l’heure est désormais aux actes pour la Coalition pour la nouvelle République (CNR). Ce 21 novembre, la coalition acquise à la cause de Jean Ping a appelé les populations à un grand rassemblement des populations au carrefour Rio, le 23 novembre à Libreville.

Un sit-in dont l’objectif est de contraindre le gouvernement au respect strict de la Constitution et la présidente de la Cour constitutionnelle à renoncer à sa fonction. Selon la CNR, ce rendez-vous doit être honoré «pour la prospérité du Gabon, pour le bien-être de tous les gabonais, il faut se lever pour la constitution, pour pousser à la démission Marie Madeleine Mborantsuo, pour la protection des acquis sociaux !»

Il s’agit également de dénoncer les engagements illégaux pris par le gouvernement d’«irresponsables», la dette dont les taux d’intérêt ont augmenté à cause de la disparition du «mécréant» et pour l’éducation «sacrifiée» des enfants. Dans l’espoir d’obtenir les garanties de sécurité pour la bonne tenue de ladite manifestation, le président du groupe parlementaire Front uni, membre de la CNR, a sollicité du ministre de l’Intérieur, la mise à disposition des agents des forces de police. Reste à savoir si la requête de Jean Eyeghe Ndong sera validée par le gouvernement.