Décédée le 2 avril en Afrique du Sud, Winnie Madikizela-Mandela, l’ex épouse de l’ancien Président Nelson Mandela, a reçu l’hommage de l’ambassade de l’Afrique du sud au Gabon, à travers l’ouverture d’un cahier de condoléances le 3 avril à Libreville.

Winnie Madikizela-Mandela. © Padigist.com

 

Née le 26 septembre 1936 en Afrique du sud, Winnie Madikizela s’est éteinte le 2 avril dans son pays natal à l’âge de 81 ans. L’ex épouse de l’ancien président de l’Afrique du sud, Nelson Mandela, a reçu un hommage de l’ambassade de l’Afrique du Sud au Gabon, à travers l’ouverture d’un cahier de condoléances.

Winnie Madikizela-Mandela a reçu un hommage mérité du président sud-africain, Cyrill Ramaphosa. Ce dernier a reconnu en elle les qualités d’un symbole constant du désir de liberté du peuple de l’Afrique du sud.

«Au milieu de la répression, elle était une voix du défi et de la résistance. Au milieu de l’exploitation, elle était une championne de la justice et de l’égalité. Toute sa vie, elle a contribué à la lutte à travers les sacrifices auxquels elle a consentis et sa détermination sans faille. Son dévouement pour la cause du peuple lui a valu l’amour et le respect de la nation entière », a-t-il déclaré.

Pour Cyrill Ramaphosa, Winnie Madikizela-Mandela a fait pendant plusieurs années «les frais d’une brutalité insensée commise par le régime d’apartheid et l’a supportée avec stoïcisme et courage. Malgré les épreuves qu’elle a endurées, elle n’a jamais douté que la lutte pour la liberté et la démocratie aboutirait. Toute sa vie, elle est restée une infatigable défenseuse des personnes dépossédées et marginalisées. Elle était une voix pour les sans voix».

Par la même occasion, le président sud-africain a invité les peuples à réfléchir ensemble dans les prochains jours, sur la remarquable vie de Winnie Madikizela-Mandela. Cela devrait, selon Cyrill Ramaphosa, «emmener les peuples à trouver l’inspiration dans les combats qu’elle a livrés et dans ses rêves d’une meilleure société pour lesquels elle a consacré sa vie».

Autour : Jean-Thimothé Kanganga