Convoquée par le ministre des Sports, une réunion de conciliation autour du cyclisme national s’est tenue le 8 juin dernier à Libreville. Une séance de travail sanctionnée, entre autres, par le maintien de l’actuel bureau fédéral de la Fédération gabonaise de cyclisme (Fegacy), avec pour président intérimaire Alexandre Assoumou Obiang.

Vue de l’assemblée lors de la réunion de conciliation avec le ministre des Sports, le 8 juin 2017 à Libreville. © D.R.

 

Le ministre des Sports, Nicole Assélé. © D.R.

La crise secouant la Fédération gabonaise de cyclisme (Fegacy) depuis janvier dernier n’est déjà plus qu’un lointain souvenir. C’est du moins ce qui ressort d’une réunion de conciliation des acteurs de la petite reine, le 8 juin dernier à Libreville, autour du ministre des Sports. Avec Nicole Assélé, responsables fédéraux, membres du collectif des anciens cyclistes, dirigeants sportifs et cyclistes en activité, ont ainsi fait un examen de la situation de la discipline dans le pays.

Cette réunion a également apprécié avec le recul nécessaire, la principale décision ayant sanctionné la dernière assemblée générale extraordinaire de la Fegacy : la révocation du président Maurice Nazaire Embinga. «Sauf avis contraire de la Confédération africaine de cyclisme et de l’Union cyclisme internationale, qui ne se sont pas encore officiellement prononcées sur cette décision, les participants se sont accordés sur plusieurs points», a laissé entendre un responsable de la Fegacy.

Ces points concernent le maintien de l’actuel bureau fédéral, avec pour président intérimaire, le premier vice-président, Alexandre Assoumou Obiang. La tenue de l’Assemblée générale élective, en octobre prochain, afin de pourvoir au poste de président de la Fegacy, fait également partie des points d’accord de cette séance de travail. Sur cet aspect, «le président élu officiera pour le reste de la durée du mandat de l’actuel bureau fédéral», a indiqué un collaborateur du ministre des Sports.

Enfin, cette réunion de conciliation a débouché sur la mise en place de deux commissions ad hoc. L’une est chargée de la révision des statuts et la mise à jour des ligues. L’autre, quant à elle, assurera la gestion et l’organisation des compétitions, ainsi que la préparation des sportifs de haut niveau.

La Commission technique, composée d’un collège d’entraîneurs locaux, travaillera en étroite collaboration avec l’entraîneur national Abraham Olano. «Le technicien espagnol, dont toutes les préoccupations contractuelles ont finalement été résolues, est attendu à Libreville dans les tout prochains jours», a annoncé Nicole Assélé.