A l’issue d’un séminaire d’administration sportive au bénéfice des membres des clubs olympiques, le 1er juillet dernier à Libreville, le président du Comité olympique national du Gabon (CNOG) est revenu avec Gabonreview sur le bien-fondé de cette initiative.

Léon Louis Folquet face à la presse, le 1er juillet 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Gabonreview: De quoi était-il question avec les jeunes des clubs olympiques?

Léon Louis Folquet: La création des clubs olympiques est un objectif que nous nous sommes fixés cette année. Nous avons donc eu une discussion avec ces jeunes des clubs olympiques de différents établissements scolaires de la capitale. Nous avons également finalisé les cours d’administration sportive auxquels ces jeunes ont eu droit. Nous sommes avant tout dans un mélange de formation pour ces jeunes. A savoir créer l’avenir, créer de futurs dirigeants sportifs. Car, c’est à cet âge nous pouvons inculquer à ces jeunes les valeurs olympiques: respect, humilité et excellence. Et je pense que les jeunes nous ont donné satisfaction. Plus de 35 jeunes sont venus suivre ces cours d’administration sportive quatre jours durant. Et s’imprégner de cette culture sportive manquant un peu dans l’élite actuelle.

Pourquoi cette initiative?

Nous nous sommes rendus compte que dans toutes les étapes des clubs, de la plus petite division à l’élite, dans le fonctionnement des ligues et différentes fédérations, il y a manque criard de culture sportive. Et donc, au sein du comité olympique, il est important pour nous de transmettre ces valeurs, une formation et les outils nécessaires permettant à notre jeunesse de mieux comprendre la pratique du sport; de parfaire cette culture sportive auprès des jeunes; d’inculquer les notions de culture et structure de compétition. Car, sans structures de compétition et des jeunes formés pour les gérer, forcément c’est l’échec à l’arrivée.

Un mécanisme a-t-il été mis en place pour suivre ces jeunes?

Tout à fait. Pour l’année prochaine par exemple, à la rentrée scolaire, nous repartirons vers ces établissements pour créer d’autres clubs olympiques. Les jeunes ont fait part de leur intention de mettre en place une association de clubs olympiques, ce qui est très important pour nous. Et en fonction du nombre qu’il y aura, nous mettrons à notre niveau, des supports de compétition pour permettre à ces jeunes d’évacuer leur savoir et connaissances. Et transmettre aux autres ce qu’ils ont appris aux côtés du comité olympique. Ce qui nous permettra également de mieux mesurer le travail accompli.

Ces formations toucheront-elles également les établissements scolaires de l’intérieur du pays?

La question est pertinente mais malheureusement, nous n’avons pas les moyens. Le comité national olympique devrait disposer de fonds, au même titre que les fédérations. Mais sur ce plan, il y a un grand point d’interrogation.