Le Gabon célèbre du 19 au 21 mai 2017 la journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement sous le thème : «Le rôle des femmes dans la sauvegarde et la transmission du patrimoine culturel immatériel pour la paix et le développement durable».

Le ministre en charge de la Culture, Alain-Claude Bilie-By-Nze lançant les activités de la journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement, le 19 mai dernier à Libreville. © Gabonreview

 

Les participants aux activités de la journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement. © Gabonreview

Le ministre en charge de la Culture, Alain Claude Bilie-By-Nze a lancé le 19 mai à Libreville, les activités de la journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement. Pendant trois jours, la population est appelée à apprécier les bienfaits de la diversité culturelle, notamment à travers le riche patrimoine immatériel de l’humanité.

«La rencontre de ce jour rejoint parfaitement l’ambition nourrie par cette célébration, celle de la rencontre des cultures, celle de la paix et celle de la tolérance», a précisé le ministre en charge de la Culture.

Deux axes de réflexion seront abordés au cours de cette journée. La première porte sur l’inventaire, apprentissage et transmission des savoirs et mécanismes endogènes de prévention et de résolution des conflits. Langues, apprentissage et transmission des savoirs et connaissance endogènes pour le développement durable constitue le second axe.

Selon les organisateurs, il s’agira dans le premier axe d’explorer le patrimoine culturel afin d’y extraire des savoirs et des mécanismes susceptibles d’être utilisés en famille, à l’école et en société. Ces savoirs sont utiles pour  prévenir et résoudre les conflits et mieux consolider le vivre-ensemble. Dans le second, l’objectif est de mettre en exergue la contribution du patrimoine au service du développement durable, à travers une réappropriation des savoirs et savoir-faire traditionnels. Ces savoirs sont essentiels pour la sauvegarde de la biodiversité, la médecine traditionnelle, etc.

«En célébrant, à partir d’aujourd’hui, jusqu’au 21 mai, cette journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement, notre ambition est de faire de cette journée le point de départ d’un inventaire du riche patrimoine culturel immatériel de ce pays, en identifiant les éléments susceptibles de faire l’objet d’une inscription sur la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité et les personnes ressources porteurs de ces savoirs endogènes», a indiqué le chef de bureau de l’Unesco au Gabon, Vincenzo Fazzino.

Divers activités sont programmées dans le cadre de cet événement : expositions-découvertes des savoirs (plantes médicinales, plante alimentaires, noms des animaux, noms des plantes) ; jeux et contes traditionnels, cérémonies rituelles, etc.