La CTPM et l’Onep ont signé,  le 28 décembre dernier, un accord sur les préalables contenus dans le préavis de grève déposé par le syndicat le 20 décembre 2017. 

Responsables de l’Onep et de la CTPM après la signature de l’accord sur les préalables. © Gabonreview

 

Les négociations qui se sont déroulées les 26 et 27 décembre derniers dans la salle de réunion de la Compagnie des travaux pétroliers et maritimes (CTPM) étaient supervisées par l’Inspection spéciale chargée du secteur pétrolier (Istrap). Si elles n’ont pas permis au syndicat du secteur pétrolier d’obtenir une satisfaction totale sur les trois préalables, on a toutefois noté des avancées significatives et surtout l’instauration du dialogue recherché par les travailleurs avec leur employeur. Sur le premier point relatif à la mise en place d’une prime de logement à hauteur de 150 000 francs, les parties se sont accordées sur le fait qu’il faut laisser le temps à la société d’analyser l’évolution de la situation économique,  avant d’arrêter la date du 11 juin 2018 pour la poursuite des discussions à ce sujet.

L’Onep a mis en suspend son préavis de grève ramenant ainsi la sérénité au siège de la société CTPM à Port-Gentil. © Gabonreview

L’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) qui exigeait par ailleurs la prise en charge totale des frais pour soins et des lunettes optiques pour tout employé en chaudronnerie/soudure s’est dit satisfaite de la réponse apportée par l’employeur à cette revendication. La CTPM s’est en effet engagée à fournir à tout travailleur employé en qualité de soudeur ou de chaudronnier des lunettes d’oxycoupage adaptées, peut-on lire dans le procès-verbal d’étape signé le 28 décembre dernier. La prise en charge des soins peut également être considérée comme un acquis, selon les termes du même procès-verbal. Enfin, concernant la prime de chantier pour les employés exerçant sur les sites pétroliers de Total Gabon, situés dans la zone de l’île Mandji, la société s’est tout d’abord engagée à la payer au montant uniforme fixé actuellement à 7 000 francs sur le reste des sites pétroliers dès le 1er janvier 2018. Puis, pour ce qui est de l’effet rétroactif de cette mesure sur les primes dus depuis 2010, une commission tripartite Istrap/CTPM/Onep a été mise en place pour en étudier les modalités de régularisation. La commission devra traiter toutes les fiches de pointage en vue de récapituler le nombre de jours effectués sur ces sites par les employés concernés. Un travail qui devra déboucher sur une évaluation de l’enveloppe globale en vue d’un paiement échelonné de janvier à juin 2018.