L’Afro Coin, lancé par la Fondation Afro, une ONG suisse, est présenté comme la première crypto-monnaie panafricaine devant accompagner le développement du continent.

Afro Coin, la monnaie virtuelle africaine. © D.R.

 

La fièvre autour du Bitcoin a fini par arriver sur le continent. Et depuis la création, en janvier 2009, de cette monnaie virtuelle, plusieurs du même genre ont émergé en Afrique. Il faudra d’ailleurs bientôt compter avec l’Afro Coin. Cette nouvelle monnaie virtuelle veut fédérer le continent. Elle a pour vocation de faciliter les échanges sur un continent où les infrastructures bancaires y sont peu développées et l’accès à l’emprunt rare.

Selon les responsables de la fondation éponyme, 750 milliards d’Afros ont été émis le 19 juin 2018. «Un montant qui ne doit rien au hasard. Il a été décidé en fonction du PIB global du continent et de la masse monétaire en circulation. Symboliquement, cela correspond à la somme de 600 Afros par habitant. 80% de cette émission sont placées dans un fond de réserve dont l’objet est de défendre la monnaie», affirment-ils, précisant que, contrairement à l’euro, l’Afro ne dispose d’aucun Etat. «Pas de banques centrales ni commerciales, pas d’interférence : tel est le crédo de l’Afro».

La monnaie s’échangerait contre des bitcoins sur la plateforme CREX24, ou en dollars sur STEX, au cours actuel de 0,24 centime de dollar. «La volonté des concepteurs a été de coter l’Afro en août 2018 à un prix volontairement bas afin de privilégier une vision d’investissement à long terme».