Face à la crise politique née de la contestation des résultats de l’élection présidentielle du 27 août 2016, le président de l’Union pour la nouvelle République (UPNR) propose comme solution, la mise en place d’une Confédération des partis politiques.

Louis-Gaston Mayila propose une Confédération des partis politiques pour l’unité nationale pour une sortie de crise au Gabon. © D.R.

 

Dans une tribune datée du 9 décembre et intitulée «Lettre ouverte de l’Idiot du Village», le président de l’Union pour la nouvelle République (UPNR) propose une solution pour sortir de la crise postélectorale dans laquelle est plongé le pays depuis août 2016. Il s’agit de la mise en place d’une Confédération des partis politiques pour l’unité nationale. «Dans les moments difficiles d’une nation, seule l’unité nationale peut résoudre tous les problèmes», a déclaré Louis Gaston Mayila.

Selon l’ancien président du Conseil économique et social (CES), «la création de cette entité montrera aux communautés nationale et internationale que le Gabon est un pays de dialogue, que les Gabonais renoncent à la violence». Déjà auteur de plusieurs propositions allant dans le même sens, Louis Gaston Mayila a estimé qu’il «faut que nous arrêtons de nous lancer la responsabilité de la faute les uns sur les autres, car il ne faut pas rechercher un coupable pour cette situation».

En effet, l’ancien avocat a insisté sur la nécessité pour toutes les forces politiques du pays, tout bord confondu, de se réunir pour l’unité nationale. Persistant par ailleurs dans la proposition d’un troisième dialogue, Louis-Gaston Mayila a affirmé que «la création de cette confédération montrera aux communautés nationale et internationale que nous sommes un pays de dialogue. Et que nous renonçons à la violence».

A en croire l’ancien membre de gouvernement, l’une des conséquences de l’application de cette proposition serait l’économie d’un médiateur, d’un référentiel venu d’ailleurs. D’autres arguments reposent sur l’attractivité du climat des affaires. «Nous avons besoin de la confiance des investisseurs. Nous avons besoin de la confiance de tous les opérateurs économiques. Et pour obtenir cette confiance, nous devons sortir de cette impasse politique et montrer que nous sommes unis pour le bien de notre pays, et donc, le bien-être de nos populations», a-t-il souligné.

Dans le prolongement de cette proposition, Louis-Gaston Mayila a invité toutes les forces politiques du pays à se rencontrer pour élaborer les statuts de cette confédération des partis politiques. Pour le natif de Yombi, dans la province de la Ngounié, ce serait dans le cadre de cet organisme que se feront l’étude et la révision de la Constitution pour «donner vie à une nouvelle République, un nouveau vouloir vivre ensemble».