S’il a qualifié les mesures annoncées par les autorités gabonaises pour faire à la crise financière de «simple rigolade», Léon Mbou Yembi estime qu’il faut rapatrier des capitaux placés dans les paradis fiscaux par tous les dirigeants gabonais de l’opposition et du pouvoir.

Le président du FAR, Léon Mbou Yembi. © L’Union/Sonapresse

 

Pour Léon Mbou Yembi, la crise financière à la quelle fait face le Gabon n’a pas mille et une solutions. Dans une déclaration faite le 4 juillet sur Radio France internationale (RFI), le président du Forum africain pour la reconstruction (Far) estime que le Gabon doit rapatrier des capitaux placés dans les paradis fiscaux par tous les dirigeants passés à l’opposition ou restés au pouvoir. «Qu’il fassent rapatrier dans les plus brefs délais les milliards détournés au peuple gabonais. Qu’ils vendent leurs châteaux, leurs hôtels et restaurants (…)», a-t-il déclaré.

Estimant être le vrai opposant pour n’avoir jamais «été aux affaires avec les Bongo», Léon Mbou Yembi estime que toutes les fortunes rapatriées «permettraient de rembourser la dette extérieure de l’Etat gabonais et financer la dette intérieure».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga