Ce nouveau système d’information et de gestion du personnel est l’outil sur lequel compte le groupe La Poste SA, ayant décidé de réduire sa voilure, pour espérer sortir la tête de l’eau.

Michaël Adande, P-DG de La Poste SA, veut remettre la boîte à flot. © D.R.

 

Dans les semaines qui viennent, La Poste SA lancera son nouveau système d’information sécurisé et de gestion du personnel baptisé «Cartago».

Plombée par une crise financière depuis plusieurs mois, la structure dirigée par Michaël Adande compte sur ce nouvel outil pour espérer sortir la tête de l’eau et renouer avec la confiance de ses clients.

Si les responsables du groupe disent être conscients que le retour de la confiance des usagers ne se fera pas avant plusieurs mois, et que le nom PosteBank est désormais entaché, la direction générale de La Poste SA veut croire en «la solidité de la structure qui (sera) mise en place», et pour laquelle les agents du groupe ont récemment été formés. Pour Michaël Adande, le système «Cartago» permettra d’assurer un «environnement sécurisé», aussi bien pour les clients que pour les agents. Cet outil entend mettre en place de «nouvelles procédures» et une «nouvelle politique d’appréciation des risques», a annoncé le président directeur général du groupe, non sans assurer que ce nouveau dispositif «fera la différence».

Et la différence, La Poste SA souhaite la faire dans ses offres habituelles, les anciennes pratiques n’ayant pas forcément bénéficié au groupe. Une réduction des services est d’ores et déjà annoncée. Il ne devrait plus exister, dans le groupe, que deux entités au lieu de cinq. En plus d’une nouvelle grille tarifaire, les responsables annoncent que la priorité sera mise sur l’ouverture des comptes, un des seuls produits véritablement rentables pour l’entreprise publique. Espérons déjà que ça fonctionne.