Le ministre du Pétrole a promis mettre du sien pour enrayer la crise sociale au sein de cette société pétrolière. Une réunion tripartite imminente a été annoncée entre la direction de Maurel & Prom, le personnel et le ministère de tutelle.

Pascal Houangni Ambouroue, ministre du Pétrole et des Hydrocarbures. © sonapresse.com

 

A l’issue d’un sit-in observé sur le site du ministère du Pétrole, le 8 mars dernier, des employés de Maurel & Prom, affiliés à l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), ont été reçus par le ministre du Pétrole. Cet échange entre les deux parties a porté sur plusieurs points dont les inégalités de traitements entre employés expatriés et nationaux, mais aussi et surtout sur les évènements survenus sur le site d’Onal, le 23 février dernier.

«Il n’est pas question de laisser la situation empirer», a déclaré le ministre du Pétrole, à l’issue de l’échange avec les employés syndiqués de Maurel & Prom. Un échange qui revêtait un caractère urgent, vu la crise de fond minant le secteur pétrolier, principal pourvoyeur des caisses des l’Etat. «Je prends l’engagement de ne ménager aucun effort pour trouver les solutions idoines à la résolution de ce conflit social», a poursuivi Pascal Houangni Ambouroue, relayé par «L’Union».

Pascal Houangni Ambouroue discutant avec les salariés, le 8 mars 2017. © lenouveaugabon.com

Pour les employés, cet échange avec le ministre de tutelle était tout aussi crucial, vu les faits ayant entaché leur mouvement d’humeur, en février dernier. «Nous sommes à la fois surpris et satisfaits de cette discussion, de savoir que la tutelle a été informée de tout ce qui se passait sur les installations, et des incidents survenus sur le site», a confié un agent de Maurel & Prom à l’issue de la rencontre.

«Par ailleurs, le ministre nous a assuré qu’il va convoquer les parties, en vue des discussions allant dans le sens de l’amélioration du climat et des revendications inscrites au cahier de charges», a poursuivi Landry Boulingui Boulingui.

Le 23 février dernier, une vidéo publiée sur les réseaux sociaux mettait en scène des éléments des forces de l’ordre ayant investi les sites d’Onal et Coucal, pour y réprimer la grève des employés de Maurel & Prom. Ces agents ont notamment usé de bombes lacrymogènes, en plus d’avoir endommagé des ordinateurs du système de surveillance des sites. Sept blessés ont été déplorés à l’issue de cette cet «assaut».

En grève depuis le 22 février dernier, les employés de Maurel & Prom exigent du gouvernement, la satisfaction des revendications contenues dans leur cahier des charges.