Un trentenaire a été appréhendé le 18 juillet dernier au quartier «la Ceinture», dans la commune de Mouila, en possession de trois peaux de panthère, sept dents du félin, mais également la tête de cet animal.

Illustration sans lien avec les faits. © metronews.fr

Illustration sans lien avec les faits. © metronews.fr

 

Le présumé trafiquant de peaux de panthère. © Conservation justice

Le présumé trafiquant de peaux de panthère. © Conservation justice

Le nommé Achille Modandi-A-Nzembet a été pris la main dans le sac à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié, pendant qu’il s’apprêtait à livrer le contenu de son produit aux enquêteurs, se faisant passer pour des potentiels acheteurs. Cette arrestation a été réalisée par les agents du B2 en collaboration avec l’Organisation non gouvernementale Conservation Justice.

Cet énième cas vient davantage confirmer l’ampleur d’un trafic illégal d’espèces fauniques. Le code forestier reste radical : «La chasse, la capture, la détention, le transport et la commercialisation des espèces intégralement protégées sont interdits et les infractions vis-à-vis de ces espèces sont punies de 3 à 6 mois de prison avec des amendes allant de 100 000 à 10 millions de francs ». Cependant, le massacre ne semble pas prêt de s’arrêter, notamment pour ce qui est de la panthère. Le jeune braconnier sera présenté au parquet pour s’expliquer et répondre des faits qui lui sont reprochés.