Après sa sortie officielle, le 4 décembre, les membres du nouveau mouvement interne au Parti démocratique gabonais (PDG) ont tous reçu un «avertissement» de la part du secrétariat général du parti.

Eric Dodo-Bounguendza, le secrétaire général du PDG. © D.R.

 

A quatre jours de son 11e congrès ordinaire, le climat se tend davantage au sein du PDG. Après des élections internes ayant suscité colère et déception chez plusieurs militants et cadres, la création au sein du parti de la tendance Actions et perspectives pour le président de la République (APR) n’a pas permis d’apaiser les tensions. Beaucoup s’en faut. Le secrétariat général n’a pas goûté la sortie du mouvement, lundi 4 décembre, dans le quotidien L’Union. Tous ses membres signataires, parmi lesquels Guy Bertrand Mapangou, Noël Nelson Messone, Ernest Mpouho Epigat et François Engonga Owono, ont reçu un «avertissement», conformément à l’article 154 des statuts du PDG, qui sanctionne tout manquement d’un militant du parti à ses obligations.

Par la voix d’Eric Dodo-Bounguendza, son secrétaire général, le PDG a donc condamné «avec la dernière énergie (une) démarche qui relève de l’indiscipline notoire». Pour les responsables du parti d’Ali Bongo, cet avertissement infligé aux membres de l’APR, auquel devrait suivre une décision de dissolution, vise à envoyer un message aux militants : «Le fonctionnement actuel du Parti démocratique gabonais ne peut plus s’accommoder de ce genre de sorties intempestives assimilables à une tentative de déstabilisation et de démobilisation ayant pour objectif majeur de faire obstruction à la mise en œuvre de la nouvelle vision du distingué camarade président Ali Bongo Ondimba

«Le moment choisi subtilement par les auteurs de ce manifeste, à quelques jours du 11e congrès ordinaire avancé de notre parti, s’assimile à une manœuvre de diversion intolérable et injustifiable», a jugé le SG du PDG, qualifiant la publication du manifeste de l’APR de «sorties insolites aux desseins inavoués» et de «sorties de pistes cavalières».

Au secrétariat général, l’on a également jugé «inacceptable» que les membres de l’APR aient utilisé le logo du parti pour l’entête de leur manifeste. Une violation, a estimé Eric Dodo-Bounguendza, qui a appelé les militants à la vigilance.