Le Réseau mondial de la sécurité aérienne (Global Aviation Safety Network) avec l’aide du constructeur Havilland-Canada, vient de publier le rapport sur le crash de l’avion transportant l’équipe de football de Zambie au large de Libreville, il y a 25 ans.

Un appareil de Havilland Canada DHC-5 Buffalo similaire à celui qui s’est écrasé au large de Libreville. © D.R.

 

Après la publication par le Gabon d’un rapport d’enquête menée par le ministère de la Défense en 2003, c’est au tour du Réseau mondial de la sécurité aérienne, avec la collaboration du constructeur d’avion canadien, Havilland-Canada, de taire les supputations autour du crash de l’avion transportant l’équipe nationale de la Zambie en 1993.

L’accident de cet appareil de la force aérienne zambienne du type DHC-5 Buffalo, survenu au large de Libreville a coûté la vie à 18 membres de l’équipe de football de la Zambie, parmi les 25 passagers et 5 membres de l’équipage.

Selon les conclusions du Réseau mondial de la sécurité aérienne, «l’avion n’était pas en état de navigabilité et son équipage était fatigué». «Le vol avait été spécialement organisé par l’armée de l’air zambienne pour l’équipe de football. Le voyage était prévu pour faire trois arrêts de ravitaillement; le premier à Brazzaville, au Congo, le second à Libreville, au Gabon, et le troisième à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Au premier arrêt à Brazzaville, des problèmes de moteur ont été notés. Malgré cela, le vol s’est poursuivi et quelques minutes après le décollage du deuxième arrêt à Libreville, le moteur gauche a pris feu et a échoué. Le pilote, qui avait également piloté l’équipe d’un match à Maurice la veille, a ensuite coupé le moteur droit, ce qui a fait perdre à l’avion toute sa puissance lors de la montée de l’aéroport de Libreville et 500 m au large de la côte».

Ces conclusions viennent ainsi conforter la thèse de l’enquête gabonaise selon laquelle, «des problèmes mécaniques ont été détectés dès le premier arrêt, au Congo. Le moteur gauche aurait ensuite pris feu puis se serait interrompu, au large des côtes gabonaises. Dans la panique, le pilote, fatigué par un précédent trajet à Maurice et induit en erreur par un signal lumineux, aurait coupé le moteur droit au lieu du gauche, favorisant ainsi le crash».

Selon le Rapport du GASN, le DHC-5 Buffalo qui a transporté l’équipe nationale de football zambienne est un avion à turbopropulseurs de transport utilitaire à décollage et atterrissage courts (STOL) développé à partir du DHC-4 Caribou à piston. Avec ses performances extraordinaires, il peut décoller à des distances beaucoup plus courtes que la plupart des avions légers peuvent gérer.

«Le DHC-5 Buffalo, AF-319, n’avait pas volé du 21 décembre 1992 au 21 avril 1993, alors des vols d’essai ont été effectués les 22 et 26 avril. Le 26 avril, les deux vérifications A et B ont été effectuées. Certains défauts tels que les particules de carbone dans le moteur et dans la vitesse ont diminué les filtres à huile de boîte de vitesses, les câbles déconnectés ou débridés et trace de chauffage», précise le Rapport.