Réuni le 14 décembre à Libreville, le collège de la Commission de surveillance des marchés de l’Afrique centrale (Cosumaf) a examiné le rapport annuel 2017 et les comptes rendus d’opérations du Gabon. Ces travaux ont été les derniers dirigés par Rafael Tung Nsue, qui va céder la présidence de la Cosumaf à Nagoum Yamassoum.

Rafael Tung Nsue face à la presse lors de la réunion du collège de la Cosumaf, le 14 décembre 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Nagoum Yamassoum et Rafael Tung Nsue. Et, les commissaires de la Cosumaf pendant les travaux. © Gabonreview

Les travaux du collège de la Commission de surveillance des marchés de l’Afrique centrale (Cosumaf) se sont tenus le 14 décembre à Libreville. Deux principaux points étaient à l’ordre du jour de l’instance de décision de l’autorité de régulation du marché financier de l’Afrique centrale : le rapport annuel 2017 et les comptes rendus d’opérations du Gabon.

S’agissant du premier point, le président de la Cosumaf a rappelé que le Gabon vient de faire une émission d’obligation pour un montant de 100 milliards de francs CFA. «Une émission largement souscrite et dénotant la fiabilité de la signature de l’Etat du Gabon. Par conséquent, les commissaires doivent valider l’opération qui a été décidée par le président. Et ils ont fait l’honneur de considérer que la décision était juste», s’est réjoui Rafael Tung Nsue.

Au sujet du second point à l’ordre du jour, le président de la Cosumaf a souligné que le rapport transcrit sur l’année toutes les opérations et décisions prises par l’organe de décision. Mais surtout, les démarches pour le développement du marché financier sous-régional. «2017 a été une année excellente avec la prise de décisions cruciales. Notamment, le rapprochement des marchés financiers de l’Afrique centrale. Une décision prise par les chefs d’Etat à Ndjamena, le 31 octobre dernier, et dont nous procèderons à la mise en œuvre dans les mois et années à venir», a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le conclave de Ndjamena avait également consacré la nomination du successeur de Rafael Tung Nsue. En effet, le dirigeant équato-guinéen a été remplacé par le tchadien Nagoum Yamassoum. Sauf changement, la passation de service entre les deux personnalités interviendra le 15 décembre à Libreville.

Anticipant cette échéance, Rafael Tung Nsue s’est adonné au traditionnel exercice du bilan de son mandat de cinq ans à la tête de la Cosumaf. «Nous avons eu un mandat difficile dans un contexte de crise. Mais je pense que la Cosumaf a montré sa capacité à mobiliser les ressources, l’épargne et les Etats», a-t-il confié, résumant son action en trois axes. Il s’agit du développement du marché, l’intégration des marchés financiers et le rapprochement des Etats.

«Beaucoup reste cependant à faire. Car, il faut davantage développer le marché pour atteindre un rythme de sollicitation du marché plus élevé. En effet, le montant des fonds levés sur le marché est encore dérisoire et nous souhaiterions atteindre les objectifs de 20-15% du PIB contre 2% actuellement», a conclu Rafael Tung Nsue.