La deuxième édition du championnat solidaire de football démarre ce 3 juin au stade de Nzeng-Ayong, dans le 6e arrondissement de Libreville. Cette année, 12 entreprises et une vingtaine d’associations sont concernées par la compétition avec, en prime, pas moins de 36 millions de francs CFA mobilisés.

Un moment du tirage au sort des poules de la compétition, le 1er juin 2017 à Libreville. © Gabonreview

Surfant sur le succès de la première édition du Corporate Challenge, le comité d’organisation de ce championnat solidaire de football, a décidé de reconduire cette initiative lancée en décembre 2016. Ainsi la deuxième édition de cette compétition se déroulera du 3 juin au 1er juillet prochain au stade de Nzeng-Ayong, dans le 6e arrondissement de la capitale.

«Notre projet a pour vocation de croiser l’offre de financement de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et les projets sociaux ou caritatifs, à travers une compétition sportive dénommée Corporate Challenge», a rappelé le président du comité d’organisation à la faveur d’une sortie, le 1er juin dernier à Libreville. «Et la volonté affichée par le comité d’organisation est de réussir un deuxième coup d’essai», a poursuivi Philippe Mokoko, dressant un mini-bilan de la précédente édition.

Philippe Mokoko et Bruno Ecuélé Manga. Et quelques moments de la conférence de presse. © Gabonreview

En 2016, en effet, huit équipes-entreprises ont pris part à la première édition ayant pris en compte 10 associations. A l’issue de ce premier acte, 15,5 millions de francs CFA mobilisés ont été mobilisé, tandis que 8 millions ont été redistribués aux associations. «Comment cet argent a-t-il été utilisé ? C’est le moment de dire que grâce au Corporate Challenge, nous avons notamment financé à hauteur de 1,5 millions de francs CFA, une association luttant contre drépanocytose», a révélé Philippe Mokoko, mettant en lumière plusieurs exemples du genre.

«En somme, toutes associations sont reparties avec un minimum de financement», a précisé le président du comité d’organisation du Corporate Challenge. «C’est cette énergie positive que nous avons constatée l’année dernière qui nous a amené à rééditer ce challenge. Cette année, ce sont 12 entreprises et une vingtaine d’associations qui ont été répertoriées sur notre catalogue», a renchéri Philippe Mokoko. Soit les huit entreprises de l’année dernière, et cinq nouvelles, dont le ministère des Sports.

Et ce dernier d’annoncer la mobilisation de 36 millions de francs CFA pour cette édition. «Chaque entreprise a librement choisi le projet, l’association, l’ONG pour laquelle elle souhaite transpirer et reverser la totalité de ses gains. Toute les entreprises verseront de facto, un minimum de 10% de leur contribution quel que soit le classement», a également précisé le président du comité, abordant cependant quelques éléments relatifs au règlement de la compétition.

Il s’agit notamment d’une pénalité de 25 000 francs CFA pour chaque carton jaune. Ou encore, du tapis vert pour les équipes comportant des «mercenaires». C’est à dire des personnes externes aux effectifs de l’entreprise en lice. «Nous tenons par ailleurs que la compétition se déroule dans un esprit de fairplay absolu. Bon courage à tous et que le meilleur gagne», a espéré Philippe Mokoko. Quatre poules de trois équipes ont été annoncées avec, en ouverture, ce 3 juin : Airtel-Assinco.

Parrain de cette édition, Bruno Ecuélé Manga est revenu sur sa contribution dans ce tournoi. «J’ai accepté d’être le parrain car j’attache une importance particulière à l’aspect relatif à la levée des fonds au bénéfice des associations», a-t-il lancé. «D’autant que lorsque qu’on parle d’associations, cela renvoie aux œuvres caritatives, qui sont capitales pour les personnes démunies, notamment. Contacté à cet effet, je n’ai donc pas hésité à apporter mon soutien», a déclaré l’international gabonais, annonçant au passage la participation à cet événement de Batéfimbi Gomis.

«Comme moi, il est très engagé dans les œuvres caritatives, il aime bien ce genre d’initiatives. Et lorsque je lui ai présenté l’initiative du Corporate Challenge, il n’a pas hésité un seul instant à se joindre à moi. Son arrivée fera de la pub pour le pays et surtout, pour le Corporate Challenge», a conclu Bruno Ecuélé Manga.