Destinées à finaliser les préparatifs de la 22e Convention des parties (Cop22), une série de réunions a été lancée le 17 octobre à Marrakech.

Quelques officiels aux travaux de la pré-Cop dont Salaheddine Mezouar (au centre), le 17 octobre 2016 à Marrakech. © D.R.

Quelques officiels aux travaux de la pré-Cop dont Salaheddine Mezouar (au centre), le 17 octobre 2016 à Marrakech. © D.R.

 

En prélude à la 22e Convention des parties (Cop22), deux événements majeurs se sont tenus le 17 octobre dernier à Marrakech. Une rencontre pré-Cop à l’initiative des acteurs de la société civile et la 23e réunion ministérielle des Basic (Brésil, Afrique du Sud, Inde et Chine), sur les changements climatiques.

Vue des participants aux travaux de la pré-Cop, et un aperçu des travaux de la 23e réunion ministérielle des Basic. © D.R.

Vue des participants aux travaux de la pré-Cop, et un aperçu des travaux de la 23e réunion ministérielle des Basic. © D.R.

Organisée par le ministère sud-africain de l’Environnement, la 23e réunion ministérielle des Basic, quant à elle, a débouché sur l’adoption d’une déclaration commune. Celle-ci souligne «l’importance de la Conférence de Marrakech sur les changements climatiques comme une étape importante dans le processus de mise en œuvre de l’Accord de Paris et comme une nouvelle étape pour accélérer la mise en œuvre pré-2020».

Au cours de cette réunion, les ministres se sont également félicites de l’entrée en vigueur imminente de l’Accord de Paris, le 4 novembre prochain, et de la tenue de la première réunion des Parties à l’Accord de Paris (CMA1) à Marrakech pendant la COP22.

Dans leur déclaration commune, ils ont également affirmé que «les pays développés devraient fournir des ressources financières, le développement et le transfert technologique et un soutien pour le renforcement des capacités aux pays en développement pour leur mise en œuvre efficace et leurs actions ambitieuses dans le cadre de l’Accord de Paris».

Ils ont également exprimé l’espoir que les termes de référence du Comité de Paris sur le renforcement des capacités, seront adoptés à la COP22. Le dialogue pré-Cop de la société civile, pour sa part, a réuni plusieurs représentants de groupes d’observateurs issus de ce domaine ; ainsi que des représentants des associations marocaines accréditées après de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Une rencontre saluée par le président de la Cop22, qui a insisté sur le rôle des organisations de la société civile dans la promotion et la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris. «Les acteurs étatiques et la société civile doivent continuer à travailler ensemble pour transformer les engagements que nous avons pris en actions concrètes pour le climat», a rappelé Salaheddine Mezouar.

Ces deux rencontres ont marqué le début d’une série de réunions se tenant cette semaine à Marrakech, pour finaliser les préparatifs de la Cop22, prévue du 7 au 18 novembre prochain dans cette ville.