Destiné à réfléchir sur le renforcement des capacités sur le changement climatique, un réseau international de centres d’excellence et de think tanks, a été  lancé le 14 novembre à Marrakech.

Vue des officiels au lancement du réseau, le 14 novembre 2016 à Marrakech. © Gabonreview

Vue des officiels au lancement du réseau, le 14 novembre 2016 à Marrakech. © Gabonreview

 

La seconde semaine de négociations de la 22e Conférence des Parties (Cop22) a été marquée par le lancement, ce 14 novembre à Marrakech, d’une initiative internationale et collaborative : le Réseau international des centres d’excellence et de think tanks pour le renforcement des capacités sur le changement climatique (INCCCETT 4CB)

Un think tank est un groupe de réflexion ou laboratoire d’idées regroupant des experts, généralement une structure de droit privé, indépendante de l’État ou de toute autre puissance, en principe à but non lucratif. L’initiative ainsi lancée vise à soutenir la collaboration et l’échange entre les centres de recherches et think tanks internationaux sur le changement climatique.

Parmi ces objectifs, catalyser l’action climatique pour la conception et la mise en œuvre des engagements de réduction de gaz à effet de serre ; évaluer et accroitre le renforcement des capacités ; promouvoir la collaboration entre think tanks et centres d’excellence pour s’assurer de la meilleure pertinence des recherches, connaissances et formations apportées aux décideurs, etc.

Une initiative saluée notamment par le président du comité scientifique de la Cop22, qu’il a décrit comme «une priorité de la présidence marocaine de la Cop22». Nizar Baraka a par ailleurs souligné la conditionnalité du renforcement des capacités et l’importance de la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

L’ INCCCETT 4CB est le résultat d’une collaboration entre 13 centres et think tanks d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique latine, chacun possédant une expertise poussée et conséquente en matière d’élaboration de plans sur les changements climatiques, de données liées au climat, de recherche et développement, et de renforcement des capacités.

Les membres de ce réseau se sont engagés à fixer un secrétariat permanent au Centre de compétences changement climatique (4C Maroc) au Maroc. Sa mission principale sera de répondre aux besoins du renforcement des capacités, de centraliser les données climatiques pertinentes, et d’apporter expertise et assistance technique aux différentes parties prenantes au Maroc et en Afrique.