Pays hôte de la 22e Conférence des Parties (Cop22), le royaume chérifien a récupéré la présidence de cette conférence, succédant ainsi à la France qui a organisé l’événement en 2015.

Passage de témoin entre Ségolène Royale et Salaheddine Mezouar, le 7 novembre à Marrakech. © facebook.com/Cop22mar

Passage de témoin entre Ségolène Royale et Salaheddine Mezouar, le 7 novembre à Marrakech. © facebook.com/Cop22mar

 

La 22e Conférence des Parties (Cop22) et la 12e session de la Conférence des Parties agissant en tant que réunion des Parties au Protocole de Kyoto (CMP12), se sont ouvertes ce 7 novembre à Marrakech. A cette occasion, le ministre marocain des Affaires étrangères a été élu président de la Cop22/CMP12.

Dans le même temps, la transition officielle a eu lieu entre la présidence de la Cop21 et celle de la Cop22. Cette 22e session de la Cop a été ouverte par la présidente de la Cop21, célébrant au passage l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, le 4 novembre dernier. «La rapide entrée en vigueur de l’Accord de Paris est un événement sans précédent et envoie un message puissant de l’engagement du monde entier pour combattre le changement climatique», s’est réjouie Ségolène Royale.

Quelques moments de l’évènement. © facebook.com/Cop22mar

Quelques moments de l’évènement. © facebook.com/Cop22mar

Le président de la Cop22, quant à lui, a appelé les participants à s’engager pour des initiatives et actions concrètes afin de soutenir les pays les plus vulnérables aux conséquences du changement climatique, notamment en Afrique, dans les pays les moins développés et au sein des États insulaires en voie de développement.

Dans ce sens, Salaheddine Mezouar a annoncé la mise en œuvre par le Maroc, aux côtés de nombreux partenaires, d’un Partenariat pour les contributions déterminées au niveau national afin de renforcer les capacités et d’orienter les flux de la finance climat vers les plus vulnérables.

Il a également rappelé l’importance de hâter la finance climat, l’innovation, le transfert et le renforcement des capacités pour contribuer à créer l’économie à faible émission de carbone dont la planète a besoin afin de rester sous la limite des 2°C. «Paris nous a donné l’engagement mondial pour le changement climatique, la Cop22 à Marrakech nous donnera une action climatique encore plus ambitieuse. Nous devons tous être à la hauteur de ce défi et soutenir les pays les plus vulnérables dans la lutte contre le changement climatique», a insisté le président de la Cop22.

Présente à cette cérémonie d’ouverture, la Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), pour sa part, a insisté sur l’importance historique du Maroc et de Marrakech, en tant que hôtes des Conférence de l’Onu sur les changements climatiques.

«La Cop7, qui s’est tenue à Marrakech en 2001 a débouché sur les Accords de Marrakech, tandis que la CMA1 sera au programme de la COP22, au même titre que le premier Agenda mondial pour l’action climatique», a rappelé Patricia Espinosa.

Un agenda qui comprendra notamment des événements thématiques, des conférences ainsi qu’un événement de haut-niveau permettant d’appeler à une action climatique plus ambitieuse et mieux coordonnée entre les États et la société civile.

L’Afrique a démarré cette 22e Conférence des Parties en mettant en valeur ses initiatives et ses actions en faveur du climat, sous la forme de plusieurs pavillons réunis dans le même espace. Rebaptisée pour l’occasion «L’Afrique en action», la Cop22 a démarré avec une série de Side Events et sessions d’information.