A la faveur des travaux préparatoires se tenant ces 18 et 19 octobre à Marrakech, la présidence de la 22e Convention des Parties (Cop22) a assuré du bon déroulement des préparatifs de l’événement mondial de novembre prochain.

Vue des officiels à l’ouverture des travaux, le 18 octobre 2016 à Marrakech. © D.R.

Vue des officiels à l’ouverture des travaux, le 18 octobre 2016 à Marrakech. © D.R.

 

Différents plans de la salle pendant les travaux. © D.R.

Différents plans de la salle pendant les travaux. © D.R.

Ouvrant les travaux de la conférence préparatoire de la 22e Convention des Parties (Cop22), qui se tient ces 18 au 19 octobre à Marrakech, le président de la Cop22 s’est voulu dithyrambique sur l’événement de novembre prochain. «La Cop22 sera le trait d’union entre décision et action», a annoncé Salaheddine Mezouar, signalant au passage que «l’entrée en vigueur rapide de l’Accord, bien que souhaitable, n’est pas une fin en soi mais seulement le prélude à sa mise en œuvre concrète».

Dans ce sens, le président de la Cop22 a attiré l’attention sur trois grands sujets ayant trait au développement durable : la nécessité de promouvoir l’accès à des sources d’énergies propres et modernes, le besoin de développer des villes dynamiques économiquement, résilientes et inclusives, et le renforcement de la résilience et la productivité de l’agriculture.

«J’ai à cœur de faire de cette Cop une Cop nouvelle, délibérément orientée vers laction et la mobilisation des acteurs non étatiques mais également une COP plaçant le développement ambitieux mais durable au cœur de tous les débats, notamment pour les pays du Sud», a déclaré Salaheddine Mezouar, soulignant que la vision de cet évènement reposait sur trois piliers majeurs.

Notamment la mobilisation du plus grand nombre de Parties à ratifier, accepter, approuver, adhérer, selon le cas, l’Accord de Paris avant la tenue de la COP 22. «Il est également question dencourager les Parties à annoncer, à loccasion de la COP22, la mise en œuvre rapide de leurs contributions déterminées au niveau National (CDN) et, éventuellement, un rehaussement de leurs ambitions», a poursuivi le président de la Cop22.

Le troisième pilier, quant à lui, «consiste à structurer la mobilisation des gouvernements et des acteurs non gouvernementaux en vue de linstitutionnaliser dans le cadre de laction globale pour le climat», a laissé entendre Salaheddine Mezouar, notant que ces engagements devraient tenir compte des «conditions particulières des pays du Sud afin de leur assurer un développement basé sur une énergie durable, accessible et abordable».

Présente à cette rencontre, la présidente de la Cop21 a assuré du bon déroulement de la rencontre mondiale de Marrakech en novembre prochain. «Tous les éléments sont en place pour une Cop22 réussie à Marrakech», a lancé Ségolène Royal. La secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), quant à elle, s’est félicitée des progrès acquis ces dernières semaines.

«La première rencontre des Parties à lAccord de Paris (CMA1) se tiendra à Marrakech pendant la COP22», a confirmé Patricia Espinosa. L’ouverture de cette rencontre préparatoire a connu la participation de plus de 80 ministres de différents pays et plus de 400 personnalités politiques et de la société civile.