Dans le cadre du renforcement de l’axe Libreville-Lomé, le chef de l’Etat togolais est attendu ce 24 mai à Libreville, sur invitation de son homologue gabonais.

Ali Bongo et Faure Gnassingbé lors du 5e sommet de l’Union africaine (UA), en novembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire. © togotopinfos.com

 

Sur invitation de son homologue gabonais, le chef de l’Etat togolais est attendu ce jeudi 24 mai à Libreville pour une visite de travail et d’amitié. Si rien n’a filtré sur le contenu exact des échanges entre Faure Gnassingbé et Ali Bongo, nul doute que les chefs d’Etat devraient faire un tour d’horizon de certains sujets d’intérêt commun. A l’instar de la paix et la sécurité sur le continent.

Le président togolais et son hôte devraient également aborder des sujets à même de densifier la coopération entre leurs pays. Comme l’a d’ailleurs rappelé l’ambassadeur du Togo au Gabon, les relations entre les deux pays sont très bonnes et très anciennes. S’inscrivant dans la lignée de leurs prédécesseurs, «les deux chefs d’Etat se rendent des visites régulières avec, en prime, la signature de plusieurs accords», a déclaré Jean Kwami Tseko, le 23 mai à Libreville sur Gabon 24.

Selon le diplomate togolais, ces accords portent notamment sur le commerce, la libre circulation des personnes et des biens. Ou encore, la création de la grande commission mixte Gabon-Togo. En juillet 2017, c’est Ali Bongo qui était en visite à Lomé, au Togo. Respectivement président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), Faure Gnassingbé et Ali Bongo s’étaient penchés sur la lutte efficace contre le terrorisme et l’insécurité grandissante dans leurs espaces communautaires. Tout comme ils s’étaient engagés à poursuivre les échanges sur les questions bilatérales de partenariat et de coopération pour le bien-être de leurs populations.