Initié dans l’objectif de mieux les outiller en la matière, les magistrats des juridictions administratives participent depuis le 11 jusqu’à ce vendredi 12 octobre à un séminaire de formation sur le règlement du contentieux électoral, qu’ils sont désormais chargés régler à la place de la Cour constitutionnelle.

(Illustration). © Gabonreview

 

Chargés désormais du règlement des contentieux électoraux à la place de la Cour constitutionnelle jadis, une quarantaine de magistrats ont bénéficié, du 11 au 12 octobre à Libreville, d’un séminaire de formation en la matière. Principale organisatrice de l’activité, Marie-Madeleine Mborantsuo a précisé au cours de la cérémonie officielle de lancement de la formation qu’il ne s’agissait pas pour sa juridiction d’imposer aux magistrats une manière de dire le droit dans leurs nouvelles responsabilités, mais plutôt pour leur permettre d’être mieux outillés.

«Nous avons pensé qu’il était de notre devoir, après avoir examiné deux types de contentieux à deux reprises, de vous communiquer quelques éléments assez importants pour vous permettre de rentrer tant soit peu dans ce domaine très sensible», a adressé, jeudi, la présidente de la Cour constitutionnelle aux participants. Elle n’a pas manqué de leur demander de placer «l’homme» au centre de leurs nouvelles responsabilités.

Pour leur permettre d’être mieux outillés en vue faire face aux inévitables prochains contentieux électoraux devant découler, on en doute, du second tour des législatives prévues le 27 octobre prochain, les magistrats ont suivi quatre principales communications : le rôle du greffier en matière électorale ; la recevabilité de la requête ; la cause d’annulation des élections et la décision ou la tenue des audiences publiques.