Après avoir été récemment suspendue par le ministère de l’Eau et de l’Energie, la Confédération gabonaise pour la sécurité des usagers de l’électricité (Consuelec) devrait bientôt reprendre ses activités.

Des agents de la Consuelec sur le terrain. © Gabonactu.com

 

Suspendue dans des conditions plutôt floues en juillet dernier, la Consuelec devrait reprendre ses activités dans quelques semaines. L’information a récemment été donnée par Honoré Boussamba et Aristide Ngari, avant d’être relayée par le site Directinfosgabon.com et le quotidien L’Union. Selon le conseiller du ministre de l’Eau et de l’Energie, chargé de la Stratégie, et le directeur général de l’Energie, ces derniers jours, l’on réfléchirait à mieux définir les missions de la structure créée en 2012. «La Consuelec va renaître, nous sommes juste en train de toiletter les textes pour repréciser ses missions et réparer les manquements observés», ont indiqué les deux responsables.

Depuis l’élection de son premier bureau en décembre 2012, la Consuelec n’avait pas réussi à se faire connaître du public. Pourtant, ses responsables assurent de l’importance de cette structure pour la sécurité des populations. D’autant qu’un certain laisser-aller est observé dans les usages et les installations électriques dans le pays, particulièrement dans les grandes villes, notamment à Libreville où elle avait annoncé pour le 20 juin dernier une grande campagne de sensibilisation. Seulement, la Consuelec avait été stoppée net dans son élan. De la campagne de sensibilisation adressée aux établissements commerciaux de Libreville, d’Akanda et d’Owendo, le ministère de l’Eau et de l’Energie avait plutôt vu une tentative d’empiéter sur les plates-bandes d’autres structures. En effet, le ministère avait accusé la structure de faire du recouvrement auprès des usagers contrôlés. D’où la mesure de suspension temporaire décidée par Guy Bertrand Mapangou, le 23 juin 2017.

Reconnue comme un des organes placés sous la tutelle du ministère de l’Eau et de l’Energie, la Consuelec est chargée du contrôle des centrales, lignes, postes et installations électriques. La structure est également chargée de contrôler le réseau de distribution moyenne et basse tensions du périmètre concédé, des circuits et matériels électriques sur le territoire national en vue de garantir la qualité des installations et d’assainir le marché du matériel électrique au Gabon. Ses responsables ont à cœur de restructurer la profession d’installateur-électricien.