Les prix des denrées alimentaires de consommation courante enregistrent un accroissement ces derniers mois, sur les marchés de Libreville, au grand dam du panier de la ménagère.

Les prix des denrées alimentaires de consommation courante ont enregistré un accroissement vertigineux au premier semestre 2018. © D.R.

 

Faisant déjà face aux mesures d’austérité annoncée récemment par le gouvernement, la population gabonaise subit de plus en plus les hausses des produits de grande consommation. Sur les marchés de Libreville, les prix des produits alimentaires flambent.

Les produits alimentaires et les boissons non alcoolisées, le gaz domestique sont, entre autres, les principaux postes de dépense tributaires de cette hausse des prix à la consommation.

Selon les données du ministère de l’Economie, au premier trimestre de l’année en cours, l’Indice harmonisé des prix à la consommation a présenté une évolution des prix à la consommation de 2,7%. Cette hausse s’est envolée au deuxième trimestre de l’exercice en cours, pour se situer à 4,5% en fin juin.

«Ces évolutions reflètent la tendance à la hausse des cours internationaux de ces produits. La hausse des prix de transport découle notamment de la baisse de l’offre de transport en commun urbain (Opérations de contrôle municipal des documents de transport) et de la hausse de prix des carburants à la pompe entre janvier et mai 2018 (+10,8% pour le litre d’essence et +13,0% pour le litre du gaz)», explique le ministère de l’Economie.

Sur les marchés, en ce qui concerne les denrées alimentaires, les commerçants expliquent que la flambée des prix est due à plusieurs problèmes. Ils citent entre autres, les multiples taxes sur le transport des marchandises, les contrôles routiers et municipaux.