Très mal classé dans l’enquête de Measurement Lab (M-Lab) sur la connectivité mobile 4G, l’opérateur a réagi le 12 septembre, s’appuyant plutôt sur le rapport 2017 de l’Association mondiale des opérateurs télécoms (GSMA), organisme international de la technologie mobile 2G/3G/4G).

© android-dz.com

 

Peu après la mise en doute de la qualité de sa connexion 4G, Gabon Telecom a apporté un certain nombre de précisions, le 12 septembre. Cette mise au point de l’opérateur intervient après la diffusion par plusieurs titres de presse, des résultats d’une enquête de Measurement Lab (M-Lab) compilés par Cable.co.uk.

L’enquête en question classe le Gabon au 35e rang africain et au 188e rang mondial sur le 189 pays examinés, sur la qualité de la vitesse de téléchargement.

Alors que M-Lab soutient que pour télécharger une vidéo HD de 7,50 Go au Gabon, il faut une journée et près de 18 heures, soit un débit affiché de 0.41 Mbps ; Gabon Telecom préfère se référer à l’organisme habilité pour ce type de classement : l’Association mondiale des opérateurs télécoms (GSMA).

Selon l’opérateur historique des télécoms au Gabon, le classement de M-Lab se base sur des «éléments non-fondés, car les tests ici en local nous démontrent le contraire». Alors que dans le même temps, «le rapport 2017 de la GSMA classe, selon un score allant de 1 à 100, plus de 150 pays africains en matières de connectivité», a souligné Gabon Telecom.

Le rapport GSMA est basé sur quatre facteurs majeurs : l’infrastructure (les installations permettant l’accès à l’Internet mobile), les prix (appareils et forfaits mobile), le degré de prédisposition des citoyens non-connectés à s’initier à l’Internet mobile (compétences, environnements culturel et politique, etc.) ; ainsi que le contenu (disponibilité des services répondant aux besoins d’une population locale).

«Dans ce rapport, le Gabon arrive à la 11e place en Afrique, même si l’expérience client, que ce soit pour la 4G+ ou la fibre optique, est à même de le classer parmi les cinq premiers pays en Afrique», a conclu Gabon Telecom. Une mise au point ayant le mérite d’être claire. Quoique dans les faits, M-Lab est loin d’avoir totalement tort.