Une mission de l’institution de Bretton Woods est actuellement à Libreville, dans le cadre de l’examen du Plan de relance économique (PRE) lancé par le gouvernement.

© republicoftogo.com

 

Comme annoncée il y a quelques jours, la délégation d’experts du Fonds monétaire international (FMI) est à Libreville depuis le 13 février dernier. Trois semaines durant, la mission va examiner le Plan de relance économique (PRE). Les contours de ce plan ont été évoqués le 14 février à Libreville, entre le ministre délégué à l’Economie et le chef de division Adjoint Afrique du FMI.

Concrètement, les experts du FMI vont accompagner les équipes du ministère du Budget et de l’Economie, à faire un diagnostic complet de la situation économique du pays. Un diagnostic devant déboucher sur des propositions pertinentes à même de relancer l’économie, soutenir l’investissement et maintenir la croissance.

Les experts du Fonds vont donc se pencher sur les mécanismes à même de contribuer à la résilience de l’économie, fortement secouée par la chute des prix de matières premières. Ils vont également se focaliser sur la maîtrise des dépenses publiques (masse salariale, budget de fonctionnement, etc.), en vue de garantir à la fois une stabilité sociale et maintenir la croissance.

Sur ce dernier point, le FMI s’est inquiété, il y a quelques jours, de la hausse perpétuelle des salaires dans un contexte pourtant caractérisé par un taux de chômage élevé et une baisse significative des recettes pétrolières. A titre d’exemple, au troisième trimestre 2016 la masse salariale du Gabon était en dépassement de plus de 20%, passant ainsi à 506,55 milliards de CFA contre 421,86 milliards de francs sur la sur la même période en 2015.