Le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet a lancé le 27 juillet 2017, la deuxième édition du concours national du plan d’affaires, placé sous le thème «Opportunités d’entreprendre».

Le ministre de la Promotion des PME, Biendi Maganga Moussavou au lancement de la 2e édition du concours national du plan d’affaires, «Opportunités d’entreprendre». © Gabonreview

 

Les activités de la seconde édition du concours national du plan d’affaires ont été lancées le 27 juillet, par le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet.

Initiées sur la période d’août à décembre 2017, elles consisteront au développement d’une communauté entrepreneuriale, à travers une caravane de sensibilisation dans les chefs-lieux de province, la sélection des projets et l’accompagnement des meilleurs porteurs de projets.

Organisé avec l’appui de la Banque mondiale, ce concours vise à promouvoir et favoriser l’éclosion d’un écosystème entrepreneurial national et à répondre à la problématique de l’employabilité des jeunes. Placée sous le thème «Opportunités d’entreprendre», cette deuxième édition offre selon les organisateurs, l’occasion aux jeunes femmes et aux personnes vivantes avec un handicap de «croire en leurs rêves, d’innover, et surtout de créer de la richesse».

Les activités de la seconde édition du concours national du plan d’affaires ont été lancées le 27 juillet, par le Premier ministre. © Gabonreview

«Souvent talentueux, mais fragilisés par un manque de reconnaissance, d’opportunité, d’encadrement, de protection, de moyens financiers, ils exercent au mieux dans le secteur informel, sans couverture maladie, sans retraite, sans pérennité. C’est en les impliquant que le développement du secteur privé donc de l’entrepreneurial national leur apportera développement durable et prospérité partagée», a assuré le ministre de la Promotion des PME, Biendi Maganga Moussavou.

Ouvert aux porteurs d’idées de projets et entrepreneurs existant depuis moins de trois ans, de nationalité gabonaise ayant entre 18 et 40 ans et un business-model innovant, le challenge 2017, offre des récompenses situées entre 10.000.000 et 15.000.000 de francs CFA et des avantages (financement des investissements de base et de fonds de roulement ; facilitation à l’accès au financement ; facilitation à l’accès au marché ; renforcement des capacités).

Pour Emmanuel Issoze Ngondet, cette initiative apparaît comme un instrument politique majeur qui favorise l’adhésion de la jeunesse gabonaise aux valeurs cardinales de la République définies par la devise du pays : (Union, le Travail et la Justice). «L’union pour l’engouement et le sentiment d’appartenance à la nation au regard du contexte économique et politique du moment. Le travail, pour le goût de l’effort qu’il suscite et pour le courage qu’il exige. La Justice en fin, pour la possibilité offerte à tous les jeunes compatriotes porteurs de projet, sans limitation aucune, de pouvoir concourir», a-t-il affirmé.

Selon les organisateurs du concours, les futurs lauréats devront faire preuve de créativité dans l’élaboration de leur plan d’affaires, pour rendre éligibles les projets ou les idées de projet proposé. Les critères sont entre autres : l’originalité, la qualité de la structuration du plan d’affaires, la viabilité économique et financière du projet ainsi que sa pérennité, le potentiel de création d’emplois et le caractère de développement local voir national

Selon la Banque mondiale, à terme, ce concours de plan d’affaires devrait permettre de financer d’ici 2019, 50 projets et créer une nouvelle génération d’hommes et de femmes d’affaires du Gabon.