Ouverte mardi à Libreville, la foire d’exposition de produits algériens apparaît pour les autorités gabonaises et algériennes comme l’opportunité du renforcement de la coopération économique entre leurs deux pays.

Le stand du groupe Condor à la foire d’exposition de Libreville. © tsa-algerie.com

 

Ouverte le 27 novembre au Jardin botanique, la foire d’exposition des produits algériens court jusqu’au 2 décembre prochain. Plus de 30 ans après la dernière organisée dans la capitale gabonaise, cette foire vise deux objectifs : montrer le savoir-faire algérien et renforcer la coopération économique entre le Gabon et l’Algérie.

Reçu par Pierre-Claver Maganga Moussavou, le Vice-président de la République du Gabon, Chérif Omari n’a pas caché les ambitions des initiateurs de cette foire. Pour le secrétaire général du ministère algérien du Commerce, celle-ci apparaît comme «un cadre de rencontre entre les hommes d’affaires gabonais et algériens».

Cette exposition «représente la diversité de la production industrielle et agricole nationale», visant à «développer l’intégration du continent africain», selon le représentant du gouvernement algérien qui estime que la foire de Libreville «mérite d’être soutenue». Celle-ci représente pour lui «le cadre idéal pour relancer les liens d’échange entre nos deux pays et consolider leurs rapports commerciaux et économiques», à l’image de leurs relations politiques.

Convaincues de la nécessité de renforcer sa coopération économique et commerciale avec l’Algérien, les autorités gabonaises voient également dans cette foire d’exposition une opportunité non négligeable. «Nous voulons créer un conseil d’hommes d’affaires algéro-gabonais», a indiqué Joel Obiang Ollomo, le représentant du ministère du Commerce gabonais, disant avoir saisi la Chambre de commerce, l’ANPI et la CPG sur cette ambition.

En attendant, Mohamed Antar-Aoud, l’ambassadeur de l’Algérie au Gabon, entend mettre à contribution cette foire d’exposition, notamment pour permettre aux potentiels investisseurs de son pays d’être mieux informés sur les opportunités offertes par la ZERP de Nkok. Le diplomate annonce déjà une visite sur la zone.