Madeleine Berre, ministre de la Promotion des Investissements privés, a clos, le 18 mai 2017, la première série de formation du Comité national de facilitation des échanges (CNFE), initiée dans le cadre du programme d’accompagnement de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Clôture des travaux sur la facilitation des échanges. © Gabonreview

 

Les participants de l’atelier sur l’accord de facilitation des échanges. © Gabonreview

Organisé par le ministère de la Promotion des Investissements privés en partenariat avec la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), cet atelier de quatre jours soutient la mise en œuvre de l’Accord de l’OMC sur la facilitation des échanges (AFE). Il permettra une bonne connaissance des outils et instruments de commerce international et de la concurrence.

Pendant les échanges, les participants ont passé en revue les dispositions de l’Accord de l’OMC et confronté les règlementations sectorielles nationales concernées par ces questions. Ces travaux ont permis entre autres de mettre en perspective l’ensemble des supports documentaires concourant à mettre en place le comité national de facilitation des échanges ; la mise à jour de la classification des mesures de l’accord sur la facilitation des échanges dans les catégories B et C en vue de leur notification à l’OMC ; la production de matrices consolidées tant sur le projet de décret portant création du comité national, que sur les termes de référence du dit comité.

Pour Madeleine Berre, loin d’avoir été une simple formalité, il s’est plutôt agi d’une occasion et d’une obligation valorisante pour chacun, permettant de mieux appréhender les prescriptions nécessaires à la mise en œuvre l’Accord de l’OMC sur la facilitation. «Au regard de notre plan de relance de l’économie qui s’appuie sur la diversification de notre tissu de production avec l’industrialisation des branches sectorielles, bois, agriculture, il est nécessaire pour nous de maitriser le cadre commercial international dans la perspective de nos exportations, dont les produits devront être aux normes des standards internationaux et respecter le cadre juridique des règles de l’OMC», a-t-elle rappelé.

Au sortir de ces travaux, des recommandations ont été faites pour favoriser l’arrimage du Gabon à l’agenda multilatéral. Il s’agit de prolonger l’assiduité constatée en vue des travaux à venir du programme ; veiller au suivi et à la mise en œuvre des recommandations du module dispensé ; continuer le travail de formulation des projets nécessaires à la mise en œuvre des mesures de la catégorie C ; suivre avec une attention soutenue le processus de notification des mesures des catégorie B et C à l’OMC.

Selon l’OMC, l’accord pour la facilitation des échanges produira des bénéfices substantiels en termes de réduction de coût des échanges à mesure de 14% et des épargnes à hauteur de 1 milliards de dollar ce qui contribuera à la croissance des exportations et du produit national brut.