Dans le cadre de son programme «Consommons local», l’ONG achète des produits agricoles à l’intérieur du pays, les achemine vers Libreville où elle les revend à des clients très exigeants en matière de qualité.

Mini-foire au cours de laquelle IRDC Africa s’est ravitaillée en produits agricoles, le 19 avril 2018 à Oyem. © Gabonreview

 

Motivée par les recommandations des assises de la Réforme agraire gabonaise, organisées en juillet 2017 à Libreville, l’ONG IRDC Africa a initié le programme «Consommons local». Celui-ci est basé sur le programme d’achat, de transport et de commercialisation de produits agricoles promu par la Société de transformation et de développement rural (Sotrader), à travers la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine).

«Depuis les assises sur la redynamisation du programme Graine, un certain nombre d’orientations ont été prises. Parmi elles, la mise en place de l’association des producteurs indépendants en dehors de ceux appartenant à des coopératives. Avec l’appui de ses partenaires, Graine a également mis en place un programme d’achat, de transport et de commercialisation», a rappelé le coordonnateur des programmes d’IRDC Africa, le 19 avril à Oyem. «Et c’est dans ce cadre-là que IRDC Africa achète chez les producteurs, transporte les produits sur Libreville et les vends dans le cadre du programme Consommons local», a ajouté Hervé Omvah.

Vue de produits agricoles. Et, Hervé Omvah. © Gabonreview

Fruits et légumes sont les principaux produits achetés par l’ONG auprès de producteurs indépendants dans les provinces du Woleu-Ntem de l’Ogooué-Ivindo. «Des produits 100% bio et de très bonne qualité», a garanti Hervé Omvah. Et ce dernier de glisser quelques éléments relatifs à la commercialisation des produits agricoles venus de l’intérieur du pays. «Dans un premier temps, nous avons recruté 90 commerciaux travaillant à Libreville et en free-lance. Et ces derniers vendent à tout le monde», a-t-il révélé.

Par ailleurs, l’ONG accompagnant les populations dans la mise en œuvre de projets alimentaires, l’agriculture et l’élevage, dispose d’un portefeuille clients assez fourni. Celui-ci comprend des cantines scolaires, des restaurants, des hôtels et des particuliers. «Nous avons également un magasin (à Libreville, ndlr) au sein duquel toute personne peut venir s’approvisionner», a poursuivi le responsable de l’ONG.

Si à l’heure actuelle IRDC Africa ne s’approvisionne que dans deux provinces, l’ONG souhaite étendre son espace d’approvisionnement. «Dans le cadre du partenariat entre Sotrader et IRDC Africa, nous avons initié le programme d’achat, transport et commercialisation dans deux provinces : le Woleu-Ntem et l’Ogooué-Ivindo. Nous sommes en train de prospecter dans la province de la Nyanga, notamment, très réputée pour la qualité de son taro», a conclu Hervé Omvah.