Deux ans après son lancement, le projet «Comilog 2020» a fait l’objet d’une demande de financement du Groupe Eramet auprès de la Société financière internationale (SFI). Les deux partenaires sont en négociation avec les autorités gabonaises.

© Gabonreview

 

Le projet «Comilog 2020» au centre des échanges au ministère des Mines, le 11 septembre 2018, à Libreville. © Com.MEIM

Annoncé dès 2016, le projet «Comilog 2020» fait plus que jamais partie des plans du Groupe Eramet, qui réfléchit sur les stratégies de sa mise en œuvre. Pour son financement, l’industriel français est actuellement en discussion avec la Société financière internationale (SFI), une organisation du Groupe de la Banque mondiale dédiée au secteur privé. Une demande d’accompagnement lui a déjà été faite, à laquelle elle semble sur le point d’accéder. Mais avant de formaliser officiellement leur accord, les deux partenaires potentiels ont convenu de rencontrer les autorités gabonaises cette semaine.

A cet effet, le 11 septembre à Libreville, accompagné d’Alice Ouedraogo, la Représentante de la Banque mondiale au Gabon, Pierre Pozzo di Borgo, le chef du Secteur industriel de la SFI a échangé avec Christian Magnagna, le ministre gabonais des Mines.

«Leurs échanges ont porté d’une part sur le montant du financement que pourrait solliciter la Comilog auprès de la SFI pour le développement du projet et, d’autre part, sur le cahier des charges et les conditionnalités que la SFI serait amenée à soumettre à la Comilog et à l’Etat gabonais, actionnaire de la Comilog et propriétaire des minerais exploités par cette société, en matière de bonne gouvernance et d’impacts socioéconomiques des revenus issus de cette exploitation», informe le ministère de l’Equipement, des Infrastructures et des Mines.

Le projet «Comilog 2020» porte essentiellement sur trois axes : le renforcement de la compétitivité de la Compagnie, l’augmentation de la production minière (5 millions de tonnes de manganèse) et la préparation du transfert de l’extraction vers le gisement d’Okouma, proche de la mine actuelle. «Ce projet va nécessiter la mobilisation d’importants moyens matériels et financiers», avait déjà prévenu, en décembre 2017, Alain Ditona Moussavou, alors président du conseil d’administration de Comilog. La SFI apparaît donc comme le partenaire idéal du Groupe Eramet dans la mise en œuvre de ce projet.