Du 4 au 5 février s’est tenu à Libreville la première édition du colloque scientifique de l’Association franco-africaine de cancérologie au Gabon, axée sur les cancers féminins. La Fondation Sylvia Bongo Ondimba en a profité pour inaugurer officiellement la Maison d’Alice.

Le ministre de la Santé, Léon N’Zouba, ouvrant le colloque, le 4 février 2017 Angondjé. © Gabonreview

 

Du 4 au 5 février, plusieurs experts en cancérologie venus de France, du Gabon et de 8 autres pays du continent africain ont échangé leurs expériences et leurs connaissances sur diverses questions, axées aussi bien sur l’approche culturelle de la maladie dans certains pays, chez certains peuples que sur les moyens et les techniques de traitement de certains cancers.

Photo de famille avec les participants, et scène de l’inauguration officielle de la Maison d’Alice. © Gabonreview / FSBO

Si ce colloque scientifique a été organisé dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale contre le cancer, pour le gouvernement gabonais, représenté lors de la première journée par le ministre de la Santé, Léon N’Zouba, les travaux des experts devront permettre à la médecine de faire un pas de plus vers la victoire contre les cancers sur le continent africains et particulièrement au Gabon, où les cancers du sein et du col de l’utérus sont les plus fréquents. En cela, l’expertise de l’ICL, troisième centre d’oncologie d’Afrique subsaharienne francophone, a fortement contribué à enrichir d’expériences, de procédés et de résultats ce premier colloque de l’AFAC, en terre gabonaise. Les échanges ont portés, entre autres sur : le dépistage précoce, les techniques de diagnostic, les avancées du traitement par chimie et par chirurgie, ainsi que sur la formation du personnel médical, l’évolution de l’accompagnement psycho-social du malade et la prise en charge de la maladie par l’assurance.

Avant la dernière journée du dimanche 5 février, le ministre de la Santé a procédé à l’inauguration officielle de la Maison d’Alice. Projet-phare de la FSBO, l’objectif de cette structure d’accompagner les malades sur le chemin de la guérison en évitant qu’ils renoncent à leur traitement ou le suivent de façon trop irrégulière, faute de solution d’hébergement. «Cette maison a été pensée pour être un havre de paix. Un cadre de vie convivial et chaleureux. Où des hommes, des femmes, des enfants, affaiblis par la maladie et privés de leurs repères, pourraient poser leurs bagages, le temps d’avoir accès à des soins et de reprendre confiance. En toute quiétude. En toute sérénité. Et dans le respect de la dignité humaine», a toujours indiqué Sylvia Bongo Ondimba, la présidente de la Fondation.

Organisé avec le soutien et l’appui de la société INMEESE (impliquée dans la formation médicale au Gabon) et de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille (FSBO) à la Maison d’Alice, à proximité de l’Institut de cancérologique de Libreville (ICL) à Angondjé, le colloque de l’Association franco-africaine de cancérologie (AFAC) avait pour thème «cancers au féminin».