L’organisation humanitaire a célébré en différé le 13 mai 2017, sur la plage du Lycée Léon Mba, la journée internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, sous le thème du «Don de sang».

La journée internationale de la Croix-Rouge, célébrée en différé le 13 mai 2017, sur la plage du Lycée national Léon Mba. © Gabonreview

 

Les donneurs volontaires de la Croix-Rouge. © Gabonreview

400 jeunes volontaires de la société nationale de la Croix-Rouge gabonaise ont mis à profit leur journée de samedi 13 mai, pour offrir des poches de sang au Centre national de transfusion sanguine (CNTS). Cette action humanitaire intervenant dans le cadre des activités commémoratives de la journée internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, vise à consolider les stocks du CNTS en produit sanguin.

«Le sang, c’est la vie et faire le don de sang c’est porter secours, c’est venir en aide à toutes ces personnes aujourd’hui qui se retrouvent dans les hôpitaux parce qu’elles ont de l’anémie, parce qu’elles ont des maladies qui requièrent du sang. Et la Croix-Rouge, en tant qu’organisation humanitaire qui a pour mission de sauver les vies, estime qu’elle doit être un partenaire aujourd’hui important pour le Centre national de transfusion sanguine», a affirmé le président de la Croix-Rouge gabonaise, Guy Patrick Obiang.

Pour satisfaire la demande toujours croissante des hôpitaux, le responsable de la promotion don de sang au CNTS, Wamba Anges Gar, table sur la stabilité et la fidélisation des donneurs volontaires et l’accroissement de leur nombre. Car, cette catégorie de donneurs ne fournisse que 30% du sang stocké, le reste provient des familles de malades ou d’actes d’urgence. Une augmentation significative de leur nombre permettrait une certaine stabilité des capacités du CNTS à couvrir les besoins des hôpitaux.

Séance de simulation, sur les gestes de premiers secours. © Gabonreview

«La demande est croissante et le produit sanguin, on ne peut pas l’avoir tous les jours sur une même personne. Il y a une période qu’il faut observer qui est de 3 mois, après un don de sang. Nous ne pouvons l’avoir que des personnes en bonne santé et de bonne volonté. Il n’existe pas jusque-là un produit qui puisse se substituer complètement au sang. C’est l’une des difficultés auxquelles nous sommes confrontés», a souligné Wamba Anges Gar.

Outre le don de sang, les bénévoles de la Croix-Rouge, ont saisi l’opportunité de la forte présence des populations sur la plage du Lycée national Léon Mba pour promouvoir l’image de la Croix-Rouge, à travers les présentations et simulations, sur les gestes de premiers secours, l’intervention, la préparation en cas de catastrophes, ainsi que les différents programmes qu’initie la Croix-Rouge en matière d’éducation, et de santé.