En vue de lutter contre la précarité et l’exclusion sociale, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a financé la réfection du Centre social d’Akébé pour personnes vivant avec un handicap, dans le 4e arrondissement de Libreville. Après deux mois de travaux, l’infrastructure rénovée a été réceptionnée le 3 octobre.

Nicole Assélé (DG CNSS) procédant la coupure symbolique du ruban d’un des bâtiments réfectionnés au centre social d’Akébé, le 3 octobre 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Façade avant d’un des trois bâtiments réfectionnés. © Gabonreview

Entièrement réfectionné après deux mois de travaux, le Centre social d’Akébé, dans le 4e arrondissement de Libreville, a été réceptionné le 3 octobre par la directrice générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). L’institution avait été sollicitée par l’association des handicapés du centre, via le Fonds d’action sanitaire et sociale (Fass).

«La réfection du site démontre que la CNSS, à travers le FASS, matérialise la politique prônée par le chef de l’Etat», s’est réjoui le responsable du FASS. «Nous étions ici il y a deux mois, et l’un des trois bâtiments a subi un incendie en mars 2014. Avant ce drame, le bâtiment ne comptait que 10 chambres pour 44 personnes. Le bâtiment a été entièrement réfectionné avec des moyens très modestes», a affirmé Guy-Joël Ntsiegori.

Dans le cadre de ce projet, les chantiers de la réfection du ont été confiés à la PME JAD Béton. Le bâtiment incendié en 2014 a été remis à neuf. «Il est constitué de 26 chambres sur l’axe avant et a été reconstruit entièrement. 10 chambres étaient initialement prévues sur cet axe avant, nous en avons ajouté 16», a souligné le représentant de JAD Béton. «Nous avons également mis du béton sur tout l’axe des surfaces extérieure et arrière. Soit une surface d’intervention totale de plus de 400 mètres carrés», a ajouté Serge Apengo.

Comptant 52 chambres en tout, le Centre social d’Akébé est désormais alimenté en permanence en eau et en électricité, au grand bonheur de la responsable du site. «Vous venez de poser un acte qui justifie la préservation de la dignité humaine. Car, avoir un abri aujourd’hui pour les personnes à mobilité réduite dans notre pays, constitue un véritable parcours du combattant», a affirmé Viviane Koumba.

Les centres sociaux sont en fait des lieux de rencontre avec les usagers, où la CNSS s’efforce de résoudre les problèmes propres à la population d’un secteur géographique donné (commune, quartier), par des actions collectives à caractère éducatif, social, sanitaire et culturel. 44 centres sociaux sont actuellement répertoriés sur l’ensemble du territoire national.