A l’occasion de la célébration de la fête du travail, le 1er mai à Libreville, la direction générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a exhorté l’ensemble du personnel à s’approprier la nouvelle vision managériale : Réactivité-Orthodoxie-Mérite-Efficacité (ROME).

Moment de la célébration de la fête du travail à la CNSS, le 1er mai à 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a célébré la fête du travail, le 1er mai à Libreville, sous le thème «Prévoyance sociale et promotion de l’emploi». A cette occasion, le directeur général de la CNSS a exhorté l’ensemble du personnel à s’approprier la nouvelle vision managériale impulsée depuis sa prise de fonctions en août 2017 : Réactivité-Orthodoxie-Mérite-Efficacité (ROME).

Selon Nicole Assélé, cette vision est déclinée à travers le Plan d’orientations stratégiques 2018-2020. «Adossé à 10 défis prioritaires au cœur de l’ambition de la direction générale, le Plan d’orientations stratégiques permet à la CNSS d’amorcer à nouveau sa phase de croissance et garantir à tous, agents, assurés, partenaires et parties prenantes, la promesse du juste partage des fruits de la prospérité retrouvée à l’horizon 2020», a déclaré le directeur général de la CNSS.

© Gabonreview

Parmi ces défis prioritaires : combler les lacunes de la couverture sociale, lutter contre la fraude sociale, assainir la gouvernance de l’institution et rationaliser la gestion du patrimoine. Ce plan vise également à diversifier les sources de revenus et établir un dialogue social agissant. «Sur ce dernier point, je voudrais rassurer l’ensemble des partenaires sociaux de ma ferme volonté à toujours privilégier l’établissement des passerelles de discussion et de concertation autour des préoccupations qui concernent le bien-être des forces ouvrières, et qui touchent à la vie, au fonctionnement et à l’avenir de notre maison commune», a promis Nicole Assélé.

Des enjeux et défis majeurs qui, de l’avis du patron de la CNSS, ne pourront être relevés qu’avec l’implication de tous et la conjugaison des efforts. Favorables à cet appel, les agents membres du Syndicat des professionnels de la sécurité sociale (Sypross) ont cependant interpellé leur hiérarchie sur certains points à même de mettre à mal la nouvelle vision managériale. A l’instar des injustices et des discriminations, la gabegie, le népotisme ou encore le copinage.

Selon le président du Sypross, ces maux ont été à l’origine de la plus grave crise traversée par la CNSS, sous la direction du prédécesseur de Nicole Assélé. Pour Richard Ndi Beroung, la CNSS doit être pour l’ensemble des salariés, à l’horizon 2025, une entité plus dynamique, performante et professionnelle, afin de garantir aux assurés et employeurs un service de qualité. «Pour cela, la formation des travailleurs dans les services métier est plus que jamais indispensable. En clair, il s’agit ici d’une CNSS fondée sur des valeurs de justice sociale, d’équité (…) et dont l’élément cardinal n’est rien d’autre que la compétence», a conclu le président du Sypross.