Une semaine après l’accident d’un de ses véhicules sur la Nationale 1, à Bikélé, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a démenti les informations selon lesquelles le drame s’est soldé par des décès. Sur les 20 accidentés, selon la CNSS, seuls trois ont reçu des soins médicaux avant de regagner leurs domiciles 48 heures plus tard.

© Gabonreview

 

Le 10 décembre dernier, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) faisait l’actualité sur les réseaux sociaux avec des images mettant en vedette un bus de service accidenté. Un évènement ayant donné lieu à plusieurs commentaires, certains évoquant même des morts. Un bilan que la CNSS a démenti une semaine après le sinistre.

«Aucun décès n’a été enregistré, encore moins des patients présentant à ce jour des lésions mettant en jeu le pronostic vital», a affirmé le médecin du service médical d’urgence et de réanimation (Smur-CNSS), dans un communiqué publié le 17 décembre. Selon le bilan lésionnel présenté par Romaric Alain Lwembet Moukaga, «toutes les victimes étaient psychologiquement choquées».

Ce dernier a ajouté que «trois patients nécessitaient une prise en charge immédiate sur place et ont bénéficié de soins appropriés, 17 autres ne présentaient aucune atteinte sur le plan clinique». Plus précisément, Romaric Alain Lwembet Moukaga a révélé que, le jour de l’accident, deux patients ont été transférés au Centre hospitalo-universitaire d’Owendo et un autre à l’hôpital d’instruction des armées.

«Après avoir reçu les soins d’urgence dans les deux structures précitées, ces trois patients ont été ensuite admis à la Polyclinique El Rapha pour un suivi médical approfondi», a-t-il souligné. «Excepté ces trois accidentés immédiatement hospitalisés, tous les autres agents ont été renvoyés dans leurs domicile, après réévaluation et surveillance temporaire, sous traitement adapté et repos», a poursuivi le médecin régulateur du Smur-CNSS.

Le bus accidenté était entré en collision avec un camion sur la Nationale 1, avec à son bord 20 agents de la CNSS en poste à la direction régionale Estuaire et Moyen-Ogooué (Dremo) ; à quelques encablures de ladite direction générale située à Bikélé.

Romaric Alain Lwembet Moukaga a indiqué par ailleurs que sur les trois accidentés ayant reçu des soins, seule la patiente présentant un traumatisme de la cheville gauche a bénéficié de la pose d’un plâtre. «Le bilan clinique et radiologique des deux autres patients est strictement normal. C’est sur la base de ce constat clinique rassurant que les patients ont du reste ont été sortis de l’hôpital et ont successivement regagné leurs domiciles respectifs, entre le 11 et 12 décembre», a-t-il conclu.