Si de nombreux partis membres de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) ont élaboré des listes communes pour les élections locales du 6 octobre, en revanche, ils partent chacun avec ses couleurs aux élections législatives ; les mieux placés d’entre eux au premier tour recevront le soutien des autres au second tour !

La stratégie de la CNR permettra-t-elle d’engranger un maximum de sièges au Palais Léon-Mba ? Il en sera comme au songo, jeu consistant à s’emparer d’un maximum de graines et faisant vainqueur le joueur ayant le plus de graines à la fin de la partie. © Gabonreview/Shutterstock

 

Après plusieurs mois de réflexion, les principaux partis membres de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) ayant décidé de participer aux prochaines élections, à savoir le Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) d’Alexandre Barro Chambrier, Les Démocrates (LD) de Guy Nzouba Ndama et l’Union nationale (UN) de Zacharie Myboto, ont coupé la poire en deux : union aux locales, «stratégie d’occupation de terrain» en vue de constituer des réserves de voix pour le second tour des législatives.

On le voit bien avec la publication officielle, ce mercredi 5 septembre, de la liste définitive des candidats des législatives par le Centre gabonais des élections (CGE). On y note en effet la présence, sur de très nombreux sièges, de candidats issus de ces différentes formations politiques. C’est ainsi par exemple que sur le siège du premier arrondissement de Tchibanga, Jean-Pierre Doukaga Kassa du parti Les Démocrates (LD) affrontera notamment le candidat RHM Georgette Ndombi. Tout comme, dans le deuxième arrondissement de Koulamoutou, l’Union nationale (UN), RHM et LD s’affronteront, à travers respectivement les candidats Gracia Tsengué, Arthur Ikabanga et Rauber Ndjandja.

A Libreville, ces mêmes formations politiques de la CNR se retrouveront dans plusieurs arrondissements. C’est tout particulièrement le cas sur le premier siège du premier arrondissement où Chantal Myboto-Gondjout (UN) affrontera Jean-François Tonda Gnégué (RHM), et sur le deuxième siège de cet arrondissement où Victorine Tchicot Yitu (RHM) sera aux prises avec Jeanine Ngouempanza Taty Koumba (UN). Idem au quatrième arrondissement où on retrouvera par exemple, sur le deuxième siège, Flavienne Adiaheno Méporewa (UN) face à Aimé Rénombo (RHM).

Pour beaucoup d’observateurs, il s’agit d’une bonne stratégie qui devrait, selon eux, permettre à ces partis de la CNR d’engranger un maximum de sièges au Palais Léon-Mba. Pour d’autres, «elle peut être une stratégie à risques» pouvant susciter plus de divisions qu’il n’y paraît.

Les élections législatives se dérouleront les 6 et 27 octobre, tandis que les locales se tiennent sur un seul tour le 6 octobre. C’est la première fois que le Gabon organise des élections «couplées».