Réuni en assemblée générale ordinaire, le 31 mars dernier à Libreville, le Comité national olympique (CNO) a temporairement suspendu de ses rangs, la Fédération gabonaise de boxe (Fegaboxe) en proie à une crise découlant de son assemblée élective.

Léon Louis Folquet face à la presse à l’issue de l’assemblée générale ordinaire, le 31 mars 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

A l’issue de son assemblée générale ordinaire tenue le 31 mars dernier à Libreville, le Comité national olympique (CNO) a décidé de suspendre de ses activités, la Fédération gabonaise de boxe (Fegaboxe). Une décision motivée par les nombreuses irrégularités ayant entaché le renouvellement du bureau fédéral de ladite fédération, lors de l’assemblée élective du 25 mars dernier à Libreville.

Quelques moments de l’assemblée générale ordinaire du CNO. © Gabonreview

«Il y avait un sujet de discussion très sérieux avec le maintien ou suspension de la Fegaboxe. A partir de maintenant, après la présentation du dossier par la commission juridique, il y a eu des points abordés et ladite commission a proposé des mesures conservatoires. C’est-à-dire une suspension de la boxe au sein du bureau du comité exécutif», a confié le président du CNO à l’issue des travaux.

«Pour l’instant, la boxe est sortie du mouvement olympique gabonais, suspendue comme l’avait été l’athlétisme un temps. Nous allons mener des enquêtes assez sérieuses à l’issue desquelles nous prendrons des décisions fermes dans quelques semaines, ou quelques mois», a poursuivi Léon Louis Folquet.

En proie elle aussi, à d’énormes difficultés, la Fédération gabonaise de taekwondo n’a cependant pas figuré à l’ordre jour des travaux du CIO. Cette fédération éprouve toutes les peines du monde à renouveler son bureau.  «Nous n’avons pas à nous immiscer dans le déroulement des élections d’une fédération. Il appartient à la famille du taekwondo de se mettre autour d’une table, de s’entendre et d’aller aux élections », a simplement indiqué le président du CNO.

Autant de crises dans le sport local ayant arraché quelques commentaires à Léon Louis Folquet. «Je pense que depuis le début de l’année, nous engrangeons des défaites et fortunes diverses dans différentes disciplines. La victoire n’est pas au bout de nos actions», a-t-il déploré.

Le président du CNO a ainsi souhaité que la paix et la sérénité reviennent dans le sport gabonais. «Il faudrait donc que nous travaillions davantage, que la sérénité revienne et que nos dirigeants aient l’esprit serein pour travailler avec la plénitude de leurs moyens et amener le sport gabonais le plus haut possible», a-t-il lancé.

Au-delà des présentes difficultés, le président du CNO a également eu un regard vers le futur. «Nous incitons les fédérations à se préparer pour les jeux africains qui auront lieu à Alger l’année prochaine. Mais également à la préparation des Jeux olympiques de la jeunesse», a révélé Léon Louis Folquet.

Sur ce dernier point, le Comité international olympique (CIO) a gracieusement offert quatre places d’universalité au Gabon. «Notamment chez les hommes et plus précisément les jeunes ayant entre 10 et 18 ans pour la natation et le taekwondo. Idem chez les filles. Voilà donc quatre places qui viennent d’être offertes au Gabon, et nous irons aux jeux africains de la jeunesse», a conclu le président du CNO.