Selon une décision du secrétaire général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) datant du 12 mars, l’élection des délégués du personnel se tiendra le 23 mars prochain.

L’élection des délégués du personnel de la CNAMGS est prévue le 23 mars à Libreville. © Gabonreview

 

Une grosse incertitude plane sur l’organisation de l’élection des délégués du personnel de la CNAMGS, prévue le 23 mars à Libreville. Le torchon brûle entre les deux syndicats de l’entreprise.

En effet, après l’ouverture du processus, le 2 mars, par la commission d’organisation du scrutin, le Syna-CNAMGS, l’un des syndicats, a déposé sa candidature ainsi qu’une liste indépendante transmise par Jean Hilaire Obame. L’autre syndicat, le Syn-CNAMGS a préféré se tenir à l’écart de cette joute.

Contre toute attente, à l’issue de l’examen des dossiers de candidature, la liste indépendante a été rejetée par la commission d’organisation. Seule la liste présentée par Syna-CNAMGS, validée par la commission, reste en lice pour l’élection du 23 mars 2018.

Selon les conclusions issues de l’examen des dossiers de candidature, il est reproché à la liste indépendante, la non-présentation de la candidature sur le support prévu à cet effet ; l’absence d’éléments devant permettre d’apprécier les conditions d’éligibilité de leurs candidatures.

Cette décision est loin de ravir les membres du Syn-CNAMGS, qui pointent une «mascarade d’élection en faveur d’un syndicat acquis à la cause du directeur général de la CNAMGS». Ce syndicat annonce d’ailleurs la saisine de l’Inspection du travail sur les «irrégularités portant à la fois sur la préparation de la future élection ainsi que sur la recevabilité de la liste du Syna-CNAMGS».

«Monsieur le directeur général, ont écrit les membres de Syn-CNAMGS, c’est à vous qu’incombe la lourde responsabilité de gérer la CNAMGS. Nous vous demandons donc de prendre la mesure, pour le bien-être, la convivialité et l’intérêt de tous.» Dans leur lettre ouverte adressée à Renaud Allogo Akoue, le syndicat sollicite l’annulation du scrutin. Pour eux, cette élection est d’ores et déjà «entaché d’irrégularités flagrantes», et la présence de l’inspecteur du Travail promise par le DG à cette élection, ont-ils estimé, n’y changera pas grand-chose.