Ayant séjourné pendant 3 semaines à Libreville, le président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN) garde une très mauvaise image de la gouvernance d’Ali Bongo. Il le dit dans un rapport au vitriol.

Louis-Georges Tin, président du CRAN. © everybodysperfect.ch
Louis-Georges Tin, président du CRAN. © everybodysperfect.ch

 

Du Gabon, le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) ne garde pas une bonne image. Loin s’en faut. C’est notamment ce qui apparaît dans le rapport fait par le président de cette organisation créé en novembre 2005 pour la revalorisation de l’identité noire. De retour de Libreville où il a passé 3 semaines dans l’objectif d’«étudier les conditions de la vie politique dans le pays», Louis-Georges Tin dit avoir séjourné dans un «Etat policier» où il a été «soumis à une surveillance grossière» par des agents de la police nationale, bien peu scrupuleux quant au respect des libertés publiques. Le président du CRAN dit avoir pu «mesurer le déficit démocratique grave» qui caractérise le Gabon.

Le rapport sanctionnant le séjour de ce leader d’organisation reçu par le président de la Mauritanie il y a quelques mois et en juillet dernier à Chicago (USA) par le pasteur Jesse Jackson, se veut «objectif» et peu flatteur pour le mode de gestion des autorités gabonaises. Après un bref retour sur le climat socio-politique «délétère» qui prévaut depuis l’élection présidentielle anticipée de 2009, ce rapport dénonce «un pouvoir autoritaire mais faible» et «aux abois», qui consent cependant à accepter une forme de «débat démocratique» assurée tant bien que mal par des «personnalités courageuses qui ont refusé le silence et la résignation», à l’instar de Zacharie Myboto, Jean Ping, Marc Ona Essangui ou Fabien Mbeng Ekorezok que le responsable du CRAN dit avoir rencontrés sur place. Pour le CRAN, il s’agit désormais d’éviter une escalade en raison des tensions palpables et du «climat lourd» parfaitement perceptible par le premier étranger en visite dans le pays.

Au terme de son rapport, c’est donc sans ambages que Louis-Georges Tin a déclaré : «Pays riche, peuple pauvre, tel est le Gabon que j’ai pu voir», avant de rappeler que lors du sommet USA-Afrique, des critiques ont été portées contre Ali Bongo. Par ailleurs, estime-t-il avant sa rencontre en septembre prochain avec François Hollande, «la France n’est pas pour rien dans la situation actuelle du pays, qu’elle n’a cessé d’exploiter depuis des décennies». Aussi, convaincu de sa mission du CRAN, le président de ladite organisation a lâché : «En tant que citoyens français liés à l’Afrique, nous avons le devoir de prendre part au processus de transition démocratique au Gabon en particulier, et en Afrique en général. Nous avons l’intention de poser des actes forts, qui seront révélés en septembre et dans les mois à venir».

Pour consulter le rapport du Cran sur le Gabon, cliquer ICI.